Jean-François Copé: «Le vrai sujet, c'est l'adoption»

POLITIQUE Les députés de l'opposition réagissent au projet sur le mariage homosexuel qui doit être présenté en Conseil des ministres mercredi...

A.-L. B.

— 

Illustration mariage homosexuel, le 18 septembre 2012 à Paris.

 
Illustration mariage homosexuel, le 18 septembre 2012 à Paris.   — K. TRIBOUILLARD /AFP PHOTO

Haro sur le mariage homosexuel. Alors que le projet de loi relatif au mariage et à l'adoption pour les personnes de même sexe doit être présenté mercredi en Conseil des ministres, les membres de l’opposition sont vent debout contre le futur texte. Xavier Bertrand, le député-maire UMP de Saint-Quentin dans l’Aisne, a appelé ce lundi matin sur France Inter le gouvernement sur le mariage homosexuel. «Ne passez pas en force sur ce sujet», a-t-il notamment lancé au gouvernement, indiquant qu’il s’«opposera[i]» à un vote à l’Assemblée nationale.

«Cela remettrait profondément en cause les fondements de la famille», a par ailleurs déclaré l’ancien ministre du Travail. Même tonalité avec l’ancienne ministre UMP Christine Boutin sur i-Télé qui a appelé à un référendum sur le sujet, souhaitant que «ce texte n’aille pas au Parlement», estimant en outre «tout à fait normal que des maires s’opposent à marier des couples homosexuels». Sur une abrogation de ce texte en cas d'alternance, la présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD) a estimé que l'«on ne pourra pas revenir en arrière, on ne peut pas démarier des gens. La vraie question est posée aujourd'hui».

Possibilité de «démarier» les couples homo

«Le vrai sujet, c’est l’adoption» (pas le mariage homosexuel) a estimé Jean-François Copé sur BFMTV et RMC, estimant que la suppression du Code civil de la mention du père et de la mère au profiet de «parent A et parent B» «poserait tellement d’autres problèmes». «Je demande que des états généraux de la famille», a par ailleurs lancé le secrétaire général de l’UMP, estimant le sujet était «très grave». Le député-maire de Meaux «demande solennellement à François Hollande de reporter (ce projet)» estimant que le président de la République «n’a accepté aucune concertation, personne n’a été reçue pour en parler.»

L'ancienne ministre Valérie Pécresse a quant à elle déclaré ce lundi matin sur LCI vouloir revenir sur ce type de mariage -en cas d'adoption du futur projet de loi- si la droite revient au pouvoir. Elle serait favorable pour «démarier» les couples homosexuels qui se seraient unis, au profit de la mise en place d'«un statut d’union civile et de transférer les droits sur un statut d’union civile». Le hic: le code civil français indique que la loi ne peut pas être rétroactive.