Vallaud-Belkacem: Le vainqueur du débat UMP, «c'est Marine Le Pen»

© 2012 AFP

— 

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a estimé vendredi que Marine Le Pen avait été la principale bénéficiaire du face-à-face entre Jean-François Copé et François Fillon sur France 2 jeudi soir, reprochant aux deux candidats à la tête de l'UMP d'avoir enterré le "front républicain".
La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a estimé vendredi que Marine Le Pen avait été la principale bénéficiaire du face-à-face entre Jean-François Copé et François Fillon sur France 2 jeudi soir, reprochant aux deux candidats à la tête de l'UMP d'avoir enterré le "front républicain". — Fred Dufour afp.com

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a estimé ce vendredi que Marine Le Pen avait été la principale bénéficiaire du face-à-face entre Jean-François Copé et François Fillon sur France 2 jeudi soir, reprochant aux deux candidats à la tête de l'UMP d'avoir enterré le «front républicain».

Interrogée sur France 2 pour savoir si ce face-à-face avait donné lieu à un vainqueur, la ministre a répondu: «Oui, Marine Le Pen. Marine Le Pen, sous les fenêtres de laquelle Jean-François Copé n'a cessé d'entraîner François Fillon, qui s'est laissé faire.» La porte-parole du gouvernement a constaté que les deux rivaux s'étaient «mis d'accord» sur la règle du «ni PS-ni FN», c'est-à-dire de ne pas appeler à voter PS en cas de duel avec le FN, ce qui a longtemps été la tradition à droite jusqu'aux cantonales de 2011.

Valeurs républicaines

«Je vous rappelle que par le passé, le Parti socialiste a été capable de prendre sur lui-même pour préférer voter pour un candidat de droite plutôt qu'opter pour le "ni-ni". C'est ça les valeurs républicaines, c'est faire la distinction entre un parti républicain et un parti d'extrême droite», a-t-elle poursuivi. François Fillon a clairement rejoint Jean-François Copé jeudi soir sur cette question en déclarant qu'il n'appellerait «jamais à voter pour le Parti socialiste, en tout cas en l'état de la gauche et du Parti socialiste français».

Najat Vallaud-Belkacem a aussi relevé l'annonce par M. Copé, député-maire UMP de Meaux, qu'il ne célébrerait pas de mariage homosexuel et qu'il déléguerait la cérémonie à ses adjoints si la loi était adoptée. «Quelle image est-ce que cela donne?», a-t-elle demandé. «C'est pour le moins troublant qu'un responsable politique de ce niveau annonce qu'il ne respectera pas la loi. Quel signal est-ce que cela envoie à tous les Français à qui on demande de respecter la loi quoi qu'ils en pensent? (...) C'est extrêmement grave», a-t-elle commenté.