Montebourg, «cet abruti mental»: Le patron de Mitsubishi revient sur ses propos

POLÉMIQUE ean-Claude Debard affirme ne jamais avoir proféré les injures rapportées par «La Provence», qui persiste de son côté...

Julien Ménielle

— 

Arnaud Montebourg, le 3 octobre, dans une Renault Zoé, la dernière voiture électrique de la marque française.
Arnaud Montebourg, le 3 octobre, dans une Renault Zoé, la dernière voiture électrique de la marque française. — J. DEMARTHON / AFP

«Il est bête et ne comprend rien.» «Il», c’est Arnaud Montebourg, que le président de Mitsubishi France, Jean-Claude Debard, aurait traité, mardi soir dans une conférence de presse à Antibes, d’«abruti mental» et de «débile», selon La Provence. L’intéressé affirme à présent n’avoir jamais tenu ces propos à l’encontre du ministre du Redressement productif, mais le journal persiste et signe.

Jean-Claude Debard affirme dans un communiqué qu’il n’a «en aucun cas attaqué directement et personnellement M. Montebourg», tout en priant «le gouvernement français et ses représentants d'accepter toutes (s)es excuses pour cette confusion d'information». «La société Mitsubishi Motors Corporation tient à souligner qu'elle n'est en rien engagée par les propos attribués au représentant du distributeur de ses produits en France», a de son côté précisé le constructeur japonais.

«Je ne sais pas si nous allons rester amis après ça»

«Vous pouvez me citer sans vous inquiéter, j'ai déjà un contrôle fiscal!» aurait pourtant assuré Jean-Claude Debard mardi soir, affirme La Provence. Le quotidien rappelle ce jeudi que son article relatant les propos de l’industriel a été publié le soir-même «sans que cela ne suscite de réactions particulières de la part du staff de Mitsubishi France, dont l'attachée de presse se contente de faire la moue». En fin de soirée, toutefois, le patron en personne prend connaissance de la publication et lance au journaliste concerné: «Je ne sais pas si nous allons rester amis après ça.»

Ce n’est que le lendemain, dans la matinée, alors que les propos de Jean-Claude Debard ont largement été repris par les médias, que le président de Mitsubishi affirme ne pas avoir prononcé ces injures, indique ce jeudi le quotidien. La Provence affirme en effet avoir rapporté les propos du patron de Mitsubishi «à la virgule près». Arnaud Montebourg, lui, n’a pas réagi.