L'ancienne ministre UMP Chantal Jouanno rejoint l'UDI de Borloo

POLITIQUE La sénatrice de Paris fait le choix de Jean-Louis Borloo...

© 2012 AFP

— 

La sénatrice UMP Chantal Jouanno, le 7 mars 2012.
La sénatrice UMP Chantal Jouanno, le 7 mars 2012. — REVELLI-BEAUMONT/SIPA

Chantal Jouanno, ex-ministre de Nicolas Sarkozy, qui va quitter l'UMP pour rejoindre l'UDI, a participé dimanche à la grand-messe de la nouvelle formation politique de Jean-Louis Borloo, une assemblée constituante pour le vote de ses statuts et la désignation de ses dirigeants. L'actuelle sénatrice UMP de Paris a justifié son choix en prenant la parole devant plus de 3.000 personnes réunis à la Mutualité pour le lancement officiel de l'UDI (Union des démocrates et indépendants).

Très applaudie, elle a expliqué avoir fait le choix de «consacrer sa vie à l'Ecologie» et avoir l'ambition de faire de l'UDI «le premier parti écologiste de France». «Réduire l'écologie à un accord politique ou à la fermeture d'une centrale nucléaire est consternant», a-t-elle lancé à l'adresse des écologistes d'EELV, partenaires de la nouvelle majorité de gauche.

«Parti défricheur»

«Nous avons fait le Grenelle (de l'Environnement avec Jean-Louis Borloo, ndlr) et on va aller plus loin: osons demander si le PIB est le meilleur outil pour mesurer la santé de la France, si la société de consommation est en soi une finalité politique», a-t-elle lancé. «On a besoin en France d'un parti défricheur, novateur, précurseur», a-t-elle ajouté en saluant le «projet pétillant et porteur» de l'UDI.

«Le choix de l'UDI est aussi pour moi un choix affectif. Le choix de rester dans un parti politique de droite qui est dans un coalition claire avec l'UMP, le choix de rejoindre un homme très créatif (Jean-Louis Borloo, ndlr). C'est aussi le choix de la liberté de parole et de pensée», a-t-elle assuré.

Eloignement de Nicolas Sarkozy

L'ancienne ministre des Sports (2010-2011) avait été auparavant secrétaire d'Etat à l'Ecologie (2009-2010) auprès du ministre Jean-Louis Borloo. Elle avait pris ses distances avec la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy considérant qu'elle validait «les mots et l'agenda du Front national».

Chantal Jouanno, 43 ans, élue sénatrice il y a un an et qui devrait désormais siéger avec le groupe centriste du Sénat, avait également marqué son désaccord avec l'UMP sur les questions d'immigration et des questions sociétales comme le mariage homosexuel, qu'elle défend, ou l'environnement. L'arrivée de Chantal Jouanno représente une première prise de choix pour le nouvelle formation centriste qui se veut la nouvelle UDF. Plusieurs élus UMP ont laissé entendre qu'ils pourraient rejoindre l'UDI en cas de victoire de Jean-François Copé à la présidence de l'UMP.

Avant Chantal Jouanno, Rama Yade, qui symbolisait aussi au début du quinquennat Sarkozy la promotion de la jeune génération au gouvernement, avait quitté l'UMP pour rejoindre le Parti radical de Jean-Louis Borloo, en avril 2011.