Chevènement: En Corse «l'endoctrinement» nationaliste passe par les médias locaux

© 2012 AFP

— 

Le sénateur et ancien ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Chevènement a estimé jeudi que la jeunesse corse était "abandonnée à un endoctrinement" nationaliste nourri notamment par les antennes locales de France 3 et de Radio France, des propos jugés "diffamatoires" par le groupe de radio.
Le sénateur et ancien ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Chevènement a estimé jeudi que la jeunesse corse était "abandonnée à un endoctrinement" nationaliste nourri notamment par les antennes locales de France 3 et de Radio France, des propos jugés "diffamatoires" par le groupe de radio. — Pierre Andrieu afp.com

Le sénateur et ancien ministre de l'Intérieur Jean-Pierre Chevènement a estimé jeudi sur Europe 1 que la jeunesse corse était «abandonnée à un endoctrinement» nationaliste nourri notamment par les antennes locales de France 3 et de Radio France.

«C'est une île à la dérive», dont «la jeunesse est abandonnée à un endoctrinement qui passe par tous les canaux de communication: France 3, Radio France Frequenza Mora, je ne parle pas du rectorat, de l'université...», a déclaré le président d'honneur du MRC. «D'une manière générale, la jeunesse corse, d'ailleurs victime de précarité comme toute la jeunesse française, est abandonnée à une propagande qui n'a rien à voir avec les idées républicaines», a-t-il poursuivi.

Sollacaro, un «militant nationaliste engagé»

Réitérant ses accusations de la veille à l'encontre de l'avocat Antoine Sollacaro, qu'il a accusé d'être un «militant nationaliste engagé», il a déclaré qu'avant son assassinat ce dernier «avait rendez-vous avec une documentariste de France 3», ajoutant: «Et pour quiconque regarde comment sont faits les programmes, on voit bien de quel côté penche France 3».

«Les indépendantistes ont pignon sur rue» dans l'île, a insisté Jean-Pierre Chevènement, jugeant que «la politique de rétablissement de l'état de droit avec discernement» y était «bien entendu (...) toujours d'actualité».