Montebourg défend son bilan, continuera à recenser les emplois «préservés» par ses services

© 2012 AFP

— 

"Dans une période de crise et d'affaissement, on me reprocherait mon inaction, mon silence", a insisté M. Montebourg, évoquant "une mobilisation nationale en faveur" de l'outil industriel du pays.
"Dans une période de crise et d'affaissement, on me reprocherait mon inaction, mon silence", a insisté M. Montebourg, évoquant "une mobilisation nationale en faveur" de l'outil industriel du pays. — Philippe Huguen afp.com

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a défendu son bilan en matière sociale et s'est engagé à continuer à publier les données concernant les emplois «préservés» ou qui n'ont pas pu l'être par ses services, lors d'un entretien avec l'AFP.

Le 7 octobre, le ministre avait indiqué que depuis son arrivée au gouvernement, son ministère avait traité 119 dossiers d'entreprises en difficulté, ce qui avait permis de préserver environ 15.000 emplois pour près de 5.000 perdus. «Ce sont des chiffres très précis qui correspondent à la réalité de notre travail, donc je continue» à communiquer, a assuré le ministre, récusant l'idée que ces données soient invérifiables.

«Dans une période de crise et d'affaissement, on me reprocherait mon inaction, mon silence», a insisté Arnaud Montebourg, évoquant «une mobilisation nationale en faveur» de l'outil industriel du pays. «Les dossiers que nous comptabilisons sont des dossiers qui sont entrés chez moi avec des difficultés et qui sont sortis, soit parce qu'il y a eu un krach et que (les entreprises) sont tombées en faillite, soit parce que l'entreprise a repris sa vie et n'a plus besoin de nous», a expliqué le ministre. Depuis les dernières déclarations du ministre le nombre des dossiers a continué de croître, concernant désormais quelque 25.000 emplois sur plus de 130 dossiers, selon le ministère.