«Oui au mariage et à l'adoption pour les homosexuels, non à la procréation médicalement assistée»

INTERVIEW Jean-Christophe Lagarde, député (UDI) explique pourquoi il défend une position marginale à droite...

Propos recueillis par Alexandre Sulzer

— 

 Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy, en 2009.
 Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy, en 2009. — DR

Jean-Christophe Lagarde, député (UDI) de Seine-Saint-Denis, a été l'un des très rares parlementaires de droite à voter en faveur d'une proposition de loi socialiste visant à légaliser le mariage homosexuel en juin 2011. A quelques jours de l'examen d'un projet de loi sur le même sujet, il livre en exclusivité pour 20minutes.fr son opinion sur le sujet. Une position marginale au sein même de son camp.

 

Voterez-vous en faveur de la loi sur le mariage homosexuel?

Oui, j’avais déjà voté une proposition de loi en ce sens en juin 2011. Je ne vois pas pourquoi la République laïque ferrait la différence entre un couple homosexuel et un couple hétérosexuel. Je comprends que les religions la fassent, pas la République. Depuis une trentaine d’années, l’homosexualité n’est plus un délit. Donc, il n’y a pas de raisons de pénaliser les couples homosexuels. Sur l’adoption, j’ai longtemps hésité car je voulais regarder l’intérêt de l’enfant. Or, toutes les études, faites dans tous les pays sur des milliers d’enfants qui ont grandi au sein de couples homosexuels, montrent qu’arrivés à l’âge adulte, ils ne présentent aucune différence avec un enfant élevé par un homme et une femme. Et ce, aussi bien sur le plan psychique que de la réussite sociale et même sur le plan de leur orientation sexuelle. Il y a même un peu plus d’enfants hétérosexuels parmi ceux qui ont été élevés par des couples homosexuels que dans l’ensemble de la population ! Je suis donc favorable à l’adoption. En revanche, je ne voterai pas le projet de loi si les députés y ajoutent l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux homosexuelles.

 Pourquoi ? 

 Ca change radicalement le sujet. Le mariage et l'adoption c est le code civil,  la PMA, c'est le code de la santé. Par cet amendement, les députés socialistes transforment la PMA qui est un acte médical, en un acte social, un acte de confort. La PMA s’adresserait alors à des femmes qui peuvent avoir des enfants naturellement mais qui veulent utiliser cette technique pour un confort social, à savoir ne pas avoir de relations sexuelles avec un géniteur. C’est un choix pour elles. Si on leur accorde ce choix, il voudrait aussi l'ouvrir aux couples hétérosexuels. Ce qui est un tout autre debat et pourrait favoriser de nombreux excès, par exemple, avoir recours à la PMA pour favoriser une naissance multiple.

Les partisans de la PMA ouverte aux homosexuelles font valoir que certaines femmes y ont d’ores et déjà recours à l’étranger. Et qu’il existe donc une discrimination sociale entre celles qui ont le moyen de se le payer et les autres…

Parce qu’on rendrait la PMA gratuite ?! Cela signifierait que la Sécurité sociale prend en charge un problème social, pas un problème médical. Et puis, ce n’est pas parce qu’un pays accepte certaines situations que la loi française doit s’adapter à ces pays. A ce compte-là, ils peuvent aussi dire que la France devrait accepter la gestation pour autrui ou les dons d'organes et du sang rémunérés.

Que pensez-vous de l’attitude de la grande majorité des parlementaires du centre et de droite qui s’opposent au mariage homosexuel?

Je trouve cela regrettable mais respecte chacun. Je l’explique par des convictions personnelles et religieuses pour les  uns. Et pour les autres, par un manque  d’information, notamment sur l’adoption.