Le mariage homosexuel: Pourquoi certains maires ne le célébreront pas

POLITIQUE Plusieurs centaines de maires ne souhaitent pas célébrer le mariage homosexuel s'il est adopté, 20 Minutes leur demande pourquoi...

Propos recueillis par Anne-Laëtitia Béraud

— 

J.SAGET / AFP

Pour eux, c’est non. Avant la présentation d’un projet de loi en Conseil des ministres, et un futur passage au Parlement, de nombreux maires opposés au mariage homosexuel s’organisent. Pétitions, tribunes, ils n’entendent pas laisser passer une réforme qui bouleverserait la société, selon eux. 20 Minutes a demandé à trois de ces maires les raisons de leur opposition…

Yannick Moreau, député divers droite de la Vendée, maire d'Olonne-sur-Mer

«Je suis légaliste, et si le mariage homosexuel est adopté, il sera célébré dans ma commune, mais pas par moi-même, au nom de mes convictions personnelles. Mes adjoints pourraient le célébrer, nous en avons parlé. Je ne suis pas pour le mariage homosexuel à titre personnel. Je fais partie du groupe ‘Entente parlementaire pour la famille’ et nous allons lancer une tribune dans les médias la semaine prochaine. Notre message est de dire que, sur une question aussi fondamentale, on ne peut pas faire voter une réforme sans qu’il y ait un débat national et un référendum.»

Jean-Marc Roubaud, maire UMP Villeneuve-lès-Avignon

«Avec le mariage homosexuel, on est dans le clientélisme politique le plus cynique. Les socialistes font de la démagogie et du communautarisme. Ils flattent un électorat, une communauté, alors que l’homme politique doit s’en dégager et défendre le socle de la société. J’ai beaucoup d’amis homosexuels et ils ne veulent pas le mariage car c’est un faux problème. A titre personnel, je ne célèbrerai pas de mariages homosexuels, mais je laisse le libre choix à mes adjoints. Encore faudrait-il que le cas se présente, car il n’y a pas forcément de demande. Il y a eu trois cas, notamment à Bègles, où le maire Noël Mamère voulait se faire mousser. C’était la risée de la France. Je n’ai pas signé de pétition ou de tribune, rejoint aucun groupe, ma prise de position est personnelle.»

Jean-Pierre Decool, député apparenté UMP du Nord, maire de Brouckerque

«On aurait d’autres choses à faire aujourd’hui plutôt que ce débat qui divise les Français. Surtout, c’est un leurre, car le problème n’est pas le mariage homosexuel, mais l’adoption et l’homoparentalité. Ma conception est qu’un enfant doit avoir un père et une mère qui feront tout pour le protéger et le faire grandir. Ici, je trouve qu’on bafoue la moralité. Mais j’insiste, je n’ai rien contre la communauté gay, j’en connais beaucoup. Ce qu’il faudrait, c’est une clause de conscience si la loi n’est pas en accord avec nos principes de moralité, sur l’exemple des médecins qui refusent l’IVG au nom de la morale. Je vais d’ailleurs déposer un amendement à l’Assemblée nationale en ce sens, sur cette clause de conscience. On pourrait imaginer l’idée d’une délocalisation des mariages, le célébrer dans une commune qui accepte ce type de mariage. Je ne célébrerai pas de mariage homosexuel, et si mes adjoints souhaitent le faire, ce sera leur responsabilité. Mais dans toute cette histoire, je crois surtout qu’il faudrait un débat national, un référendum. S’il se réalisait, je me plierais à la légitimité de la décision.»