Prix humour et politique attribué à Goulard, grand prix spécial à Raffarin

© 2012 AFP

— 

Le prix Press Club humour et politique 2012 a été attribué lundi à l'ex-député UMP François Goulard et le "grand prix spécial Xème anniversaire" est revenu à l'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.
Le prix Press Club humour et politique 2012 a été attribué lundi à l'ex-député UMP François Goulard et le "grand prix spécial Xème anniversaire" est revenu à l'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin. — Bertrand Guay afp.com

Le prix Press Club humour et politique 2012 a été attribué lundi à l'ex-député UMP François Goulard et le "grand prix spécial Xème anniversaire" est revenu à l'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Le président du conseil général du Morbihan a obtenu le prix 2012 pour avoir dit: "être ancien ministre, c'est s'asseoir à l'arrière d'une voiture et s'apercevoir qu'elle ne démarre pas".

Le jury du prix Press club, humour et politique, présidé par Jean Miot, a distingué M. Raffarin "pour l'ensemble de son oeuvre".

Les prix spéciaux du jury ont été décernés à Ségolène Royal, présidente PS du conseil régional de Poitou-Charentes, et Pierre Charon, sénateur UMP. La première pour avoir ironisé, à la veille de la primaire PS: "Ce n'est pas plus mal que ce soit une femme qui soit élue pour faire le ménage"; et le second pour une saillie sur le score à la présidentielle de la candidate écologiste: "Eva Joly, c'est un pour tous, tous pour un et deux pour cent".

Le prix des internautes est revenu à l'ex-ministre UMP des Transports, Thierry Mariani, pour avoir dit: "Il est plus facile de pacifier la Libye que l'UMP".

Le député PS de l'Essonne, Thierry Mandon, a reçu quant à lui le prix de l'encouragement pour avoir déclaré, après avoir battu aux législatives l'UMP Georges Tron, soupçonné de harcèlement podologique: "ça lui fera les pieds!".

Les traits d'humour retenus par le jury sont volontaires ou involontaires.

Le lauréat 2011 avait été Laurent Fabius pour avoir lâché : "Mitterrand est aujourd'hui adulé, mais il a été l'homme le plus détesté de France. Ce qui laisse pas mal d'espoir pour beaucoup d'entre nous".