Présidence de l'UMP: La campagne officiellement lancée, Fillon et Copé face-à-face

POLITIQUE Le sort des deux hommes sera scellé le 18 novembre, lors du congrès du parti...

Anne-Laëtitia Béraud avec AFP

— 

Jean-François Copé et François Fillon au Touquet, le 25 septembre 2009.
Jean-François Copé et François Fillon au Touquet, le 25 septembre 2009. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

Deux hommes, un poste de président. La campagne pour l'élection du nouveau président de l'UMP, le 18 novembre, démarre officiellement ce vendredi. Officieusement, celle-ci a débuté cet été entre les deux compétiteurs principaux, l’ancien Premier ministre François Fillon et l’actuel secrétaire général du parti Jean-François Copé.

L'enjeu est de taille: succéder à Nicolas Sarkozy à la tête du principal parti d’opposition de droite, devenir «la voix» de l’opposition face à François Hollande, et prendre une sérieuse option pour la candidature à la présidentielle de 2017.

Avantages et points faibles

Deux hommes, deux styles, deux manières de faire campagne. A François Fillon, les sondages favorables des sympathisants (et non des 264.000 militants) UMP et soutiens de ténors: dernier ralliement en date, celui du François Baroin, pourtant considéré comme un proche de Jean-François Copé dans sa bande des «Mousquetaires».

Dans cette bande de quadragénaires, Jean-François Copé a néanmoins le soutien de Christian Jacob et Luc Chatel. Le revers du soutien de Baroin à Fillon renforce le député-maire de Meaux -qui mise toujours sur le soutien de Brice Hortefeux -sarkozyste historique- dans l'idée que la bataille «ressemble de plus en plus à 1995» et au duel fratricide entre Edouard Balladur et Jacques Chirac, qui l'avait finalement emporté.

Sondages et terrain

Le terrain, les deux hommes le labourent quotidiennement avec un avantage, cette fois, à Jean-François Copé, qui arpente les fédérations UMP depuis qu'il a pris les rênes du parti en novembre 2010. Handicapé pendant l'été par une fracture à la cheville, François Fillon vient d'accélérer la cadence.

Prochaine étape de cette campagne interne à l’UMP, le débat télévisé du 25 octobre sur France 2, qui opposera les deux compétiteurs. En attendant, les «coups» médiatiques vont se succéder.