Traité européen: Matignon juge «atteignable» une majorité sans renforts de droite

© 2012 AFP

— 

Jean-Marc Ayrault lance mardi après-midi par une déclaration à l'Assemblée nationale une délicate séquence parlementaire sur la ratification et la mise en oeuvre du traité budgétaire européen, qui créent des turbulences au sein de la majorité.
Jean-Marc Ayrault lance mardi après-midi par une déclaration à l'Assemblée nationale une délicate séquence parlementaire sur la ratification et la mise en oeuvre du traité budgétaire européen, qui créent des turbulences au sein de la majorité. — Kenzo Tribouillard afp.com

Matignon a jugé ce lundi «atteignable» une majorité au Parlement, sans le renfort des parlementaires de l'opposition, en faveur du traité budgétaire européen, à la veille d'une longue et délicate séquence parlementaire sur ce «paquet» européen qui met à mal la cohésion de la gauche.

Jean-Marc Ayrault lancera mardi à 16h, par une «déclaration sur les nouvelles perspectives européennes», les débats à l'Assemblée, puis au Sénat, en vue de la ratification du traité budgétaire européen. Si la ratification ne devrait pas poser de problème, toute la question est de savoir si l'exécutif aura besoin des voix de la droite pour adopter ce traité et ainsi ne pas manquer ce «grand rendez-vous», selon les services du Premier ministre.

Sur les 297 députés socialistes et apparentés, une vingtaine sont opposés au traité, mais les quinze membres du groupe RRDP (Radical, républicain, démocrate et progressistes) ont annoncé leur intention de voter pour, selon un décompte de l'AFP. Ainsi, malgré l'hostilité du Front de Gauche et ses alliés (15 députés) et des écologistes (17), les voix de gauche favorables au traité devraient dépasser le seuil de la majorité absolue des suffrages exprimés (289 sur 577). Mais ce seuil sera vraisemblablement plus bas en raison des abstentions.

«Ce serait mieux qu'il soit adopté sans la droite, on pense que c'est atteignable»

«Ce serait mieux qu'il soit adopté sans la droite, on pense que c'est atteignable», a-t-on indiqué à Matignon. «Le texte devrait être adopté, mais on souhaite qu'il le soit de la façon la plus large possible», a-t-on ajouté de même source, sans donner d'indication chiffrée. Selon Matignon, «si on avait des défections massives (dans les rangs de la majorité), ce serait problématique». «Au niveau européen, on est actuellement dans une vitrine et nos partenaires nous regardent», a ajouté un conseiller du Premier ministre, pour qui «tout le monde va lire de façon précise les votes au sein de la majorité».

«Il n'y a pas de pression (à l'égard de députés de la majorité) mais il y a beaucoup de discussions», a-t-on assuré à Matignon. Quant à l'intention des parlementaires de droite de voter pour le traité, «c'est un signe de consensus, c'est bien». «Il est normal que la droite vote ce traité, signé par Nicolas Sarkozy», a-t-on enchaîné de même source. Matignon a par ailleurs qualifié de «manifestation symbolique» le rassemblement «contre l'austérité» dimanche à Paris, qui n'est pas de nature à «changer la dynamique».