«Racisme anti-blanc»: Jean-François Copé appelle à une «déghettoïsation»

POLITIQUE Le candidat à la présidence de l'UMP revient sur la polémique lancée mercredi à propos d’un «racisme anti-blanc»...

A.-L. B.
— 

Après la parution d’extraits du prochain livre de Jean-François Copé, mercredi, le candidat à la présidence de l’UMP bat le fer tant qu’il est chaud. Revenant sur son expression qui a fait un tollé, à savoir «un racisme anti-blanc qui se développe dans les quartiers», Jean-François Copé a appelé ce jeudi matin sur Europe 1 à une «déghettoïsation» de ces mêmes quartiers, solution pour mettre fin au «racisme anti-blanc».

Selon le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne), ce racisme né «de l’ignorance, de l’inculture, de l’absence de structures éducatives suffisantes, d’encadrement qui devrait être renforcé», donnerait «envie à certains de nos compatriotes de fuir le quartier où ils habitent parce qu’on leur fait comprendre qu’ils ne sont pas chez eux, c’est insupportable», a-t-il déclaré.

Jean-François Copé en a profité pour rappeler l’un de ses thèmes de campagne, à savoir la sécurité à l’école : «On ne veut pas entendre qu’il y a un vrai problème de sécurité, un vrai problème dans certaines écoles de nos quartiers», a-t-il notamment expliqué.