Matignon exclut le départ du gouvernement des écologistes Duflot et Canfin

© 2012 AFP

— 

Matignon a indiqué lundi que "la question de la participation" des ministres écologistes, Cécile Duflot et Pascal Canfin, "ne se pose pas", excluant ainsi leur départ du gouvernement, malgré la décision d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de rejeter le traité budgétaire européen.
Matignon a indiqué lundi que "la question de la participation" des ministres écologistes, Cécile Duflot et Pascal Canfin, "ne se pose pas", excluant ainsi leur départ du gouvernement, malgré la décision d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de rejeter le traité budgétaire européen. — Jean-Sebastien Evrard afp.com

Matignon a indiqué ce lundi que «la question de la participation» des ministres écologistes, Cécile Duflot et Pascal Canfin, «ne se pose pas», excluant ainsi leur départ du gouvernement, malgré la décision d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de rejeter le traité budgétaire européen.

Ces deux ministres «font pleinement honneur au gouvernement», ont ajouté les services du Premier ministre. Ils ont précisé que Jean-Marc Ayrault et Cécile Duflot avaient «échangé tout le week-end» à ce sujet. «La question de la participation de Cécile Duflot et Pascal Canfin au gouvernement ne se pose pas», a-t-on résumé de même source. Les deux ministres écologistes ont aussi participé, avec le ministre délégué aux Affaires européennes, Bernard Cazeneuve (PS), au «travail d'explication» sur le traité mené depuis plusieurs semaines auprès des parlementaires récalcitrants, souligne-t-on de même source.

Le Conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts, le parlement du parti, a rejeté samedi le traité, en recommandant aux députés et sénateurs EELV de faire de même, une position qui vient affaiblir encore le gouvernement. La droite en a profité ce lundi, parlant de «cacophonie», le président des députés UMP Christian Jacob estimant que les deux ministres EELV devraient démissionner.

Très incisif, l'éditorial du journal Le Monde a pour sa part jugé que les écologistes «se comportent en groupuscule irresponsable» et appelé François Hollande à «mettre fin aux fonctions des deux ministres». «C'est une décision décevante et navrante, même si elle avait été anticipée», a-t-on commenté de source gouvernementale.