Le Conseil fédéral des écologistes contre la ratification du traité européen

POLITIQUE Une «lecture stricte» de ce traité «ne répondra pas durablement aux crises auxquelles est aujourd'hui confrontée l'UE», estime EELV...

© 2012 AFP
— 
Le Conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) s'est prononcé samedi contre la ratification du traité budgétaire européen, qui sera examinée début octobre au Parlement, recommandant aux parlementaires écologistes de voter en conséquence.
Le Conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) s'est prononcé samedi contre la ratification du traité budgétaire européen, qui sera examinée début octobre au Parlement, recommandant aux parlementaires écologistes de voter en conséquence. — Kenzo Tribouillard afp.com

Le Conseil fédéral d'Europe Ecologie-les Verts (EELV) s'est prononcé ce samedi, par 77 voix contre 24 et 8 votes blancs, contre la ratification du traité budgétaire européen, a-t-on appris à l'issue de ses travaux à Paris.

Le Conseil fédéral «se prononce contre la ratification du TSCG (traité budgétaire européen) dont une lecture stricte ne répondra pas durablement aux crises auxquelles est aujourd'hui confrontée l'Union européenne et constitue un obstacle à la transition écologique», souligne la motion adoptée par le Conseil fédéral.

Les parlementaires encouragés à «soutenir ces positions»

Le texte «mandate le Bureau exécutif (d'EELV) pour engager des discussions avec le gouvernement et les autres formations politiques de la majorité pour déterminer avec elles un nouvel agenda européen de la France, dans le respect des propositions écologistes, visant à poursuivre et amplifier la réorientation de l'Union européenne».

La motion «recommande aux parlementaires écologistes de soutenir ces positions lors des débats et des votes au Parlement», attendus courant octobre. Le document exprime aussi son soutien aux «mouvements sociaux européens de lutte contre l'austérité», et notamment aux «mobilisations appelées par la confédération européenne des syndicats».

La motion du Conseil fédéral a été adoptée à l'issue de plus de deux heures de «débat politique» où partisans et adversaires de la ratification du traité se sont succédé, échangeant leurs arguments avec vigueur.