Ayrault répond aux critiques et rassure ses militants

Guillaume Frouin, à Nantes

— 

De retour dans la région nantaise à l’occasion de la fête de la Rose organisée par la fédération socialiste de Loire-Atlantique à Préfailles, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a répondu ce dimanche aux critiques qui l’ont visé ces dernières semaines dans les médias.

«Quand on est au pouvoir ce n’est pas les phrases qui comptent, ni les commentaires sur soi-même: c’est d’incarner l’intérêt général du pays et la justice. Certains pensent que ça n’avance pas assez vite. Mais le changement a bien commencé. Le travail sera sur la durée.» 

«Une partie de la presse devrait peut-être apprendre à se désintoxiquer du sarkozysme, a-t-il ajouté. Quand, annonce après annonce, il ne se passe rien, ça conduit à la déception et au discrédit de la politique. Notre politique, ce n’est pas les effets d’annonce.»
 
Le Premier ministre a également déclaré «comprendre l’inquiétude des Français»: «Je n’y vois pas de l’impatience, comme certains le disent, mais de l’attente.»
 
Jean-Marc Ayrault a aussi tenu à rassurer les militants présents sur place. «On me demande des nouvelles. Oui je vais bien. Matignon ce n’est pas l’enfer. C’est un travail difficile, prenant, mais qui vaut la peine. Vous pouvez compter sur ma détermination, le courage qui est le mien, sans trembler un seul instant.»