Ecole: Peillon veut un observatoire de la violence scolaire

EDUCATION Le ministre de l'Education nationale veut en outre allonger l'année scolaire...

avec AFP

— 

Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé dimanche la création d'un observatoire de la violence scolaire à l'intérieur de l'Education nationale, à même d'apporter des réponses préventives, et a souhaité une évaluation des élèves "plus encourageante".
Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé dimanche la création d'un observatoire de la violence scolaire à l'intérieur de l'Education nationale, à même d'apporter des réponses préventives, et a souhaité une évaluation des élèves "plus encourageante". — Fred Dufour afp.com

Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, a annoncé dimanche la création d'un observatoire de la violence scolaire à l'intérieur de l'Education nationale, à même d'apporter des réponses préventives, et a souhaité une évaluation des élèves «plus encourageante».

Le ministre, qui s'exprimait sur BFMTV, a annoncé la création «dans les semaines qui viennent» d'un observatoire de la violence scolaire qui permettra de «mieux connaître les réalités» mais aussi de «mettre en place un dispositif de prévention».

Cette nouvelle entité sera dirigée par le professeur Eric Debarbieux, spécialiste «réputé dans le monde entier», qui préside actuellement l'Observatoire international de la violence à l'école, indépendant du ministère. L'annonce est intervenue alors que quatre agressions se sont succédé cette semaine en milieu scolaire.

«Dispositif de prévention»

Concernant les rythmes scolaires, «il faut que nous remontions vers 180» jours pour l'école primaire, a-t-il également déclaré, alors que les écoliers français ont actuellement 144 jours de classe par an. Le chantier de la réforme des rythmes scolaires est au coeur de la concertation pour la refondation de l'école qu'il a lancée, en vue d'une loi à l'automne, suivant l'idée que les élèves ont des journées trop longues et une année scolaire trop courte, peu propice aux apprentissages.

«Je souhaite qu'il y ait quatre jours et demi (de classe, ndlr) à la rentrée 2013 et ce sera le mercredi matin», a-t-il ajouté, évoquant une possible «souplesse» pour le samedi matin au niveau d'un département ou d'un établissement. La loi comportera «un grand chapitre» sur la «e-education», a-t-il par ailleurs indiqué. «Je veux créer une très grande filière française de production pédagogique de la e-education», a-t-il ajouté.