Harlem Désir en simple «candidat» devant les militants PS

© 2012 AFP

— 

Harlem Désir a assuré n'être qu'un simple "candidat", dimanche devant des militants socialistes, pour sa première sortie depuis qu'il a été choisi par la Première secrétaire sortante Martine Aubry et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour prendre la tête du PS.
Harlem Désir a assuré n'être qu'un simple "candidat", dimanche devant des militants socialistes, pour sa première sortie depuis qu'il a été choisi par la Première secrétaire sortante Martine Aubry et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour prendre la tête du PS. — Alain Jocard afp.com

Harlem Désir a assuré n'être qu'un simple «candidat», dimanche devant des militants socialistes, pour sa première sortie depuis qu'il a été choisi par la Première secrétaire sortante Martine Aubry et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault pour prendre la tête du PS. «Premier secrétaire, je le serai quand les militants auront voté. Pour l'instant, je ne suis que candidat devant eux», a-t-il déclaré lors d'une rencontre avec des militants à l'occasion d'une «fête de la rose» à Ingré, près d'Orléans.

«Nous sommes dans l'attente d'un débat démocratique avec les militants», a souligné l'eurodéputé, relevant qu'il y a «plusieurs textes». «J'appelle les militants à débattre, à se saisir des choix qui leur sont proposés (...). Quel que soit leur choix, ce sera le bon», a-t-il ajouté. Adoubé le 12 septembre par Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault au détriment de Jean-Christophe Cambadélis, Harlem Désir doit être formellement investi le 18 octobre lors d'un congrès du parti à Toulouse.

Interrogé sur la fonction d'intérim qu'il occupe de fait à la tête du PS depuis la décision de Martine Aubry de quitter immédiatement ses fonctions, Harlem Désir a tranquillement rappelé avoir déjà connu l'expérience il y a un an lors des primaires au PS: «Je l'ai assuré lors des primaires, je le refais». Egalement interpellé sur le chahut dont a été l'objet la ministre PS des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, samedi à la Fête de l'Humanité sur la question du traité budgétaire européen, Harlem Désir a appelé au «respect» au sein de la gauche.

«Je crois qu'à gauche on a besoin d'avoir un débat où la diversité de nos points de vue s'exprime sur l'Europe comme sur d'autres sujets», a-t-il déclaré. Mais «on ne peut pas accepter qu'il y ait des attitudes d'intolérance. Il doit y avoir du respect, de l'unité et du respect». La gauche, «il faut qu'elle débatte, pas qu'elle s'éclate», a souligné le Premier secrétaire par intérim.