BPI: Pourquoi cette polémique éclabousse Arnaud Montebourg

POLITIQUE Le ministre a rencontré Matthieu Pigasse quelques jours avant que le mandat ne soit attribué à la banque Lazard Frères...

Maud Pierron

— 

Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg, le 31 mai 2012, à Trevustes, dans le Doubs.
Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg, le 31 mai 2012, à Trevustes, dans le Doubs. — F. FLORIN / AFP

La polémique sur le mandat accordé à la banque Lazard pour la future banque publique d’investissement n’en finit plus de gêner Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, accusé par certains de conflit d’intérêt. 20 Minutes fait le point sur cette affaire.

La BPI, c’est quoi?
La Banque publique d’investissement est censée venir en aide aux PME en finançant certains de leurs projets. C’est l’un des engagements de campagne de François Hollande. La structure est censée s’appuyer sur des organismes existants comme le FSI (Fonds stratégique d’investissement), la Caisse des dépôts et consignations et Oséo. Au final, il s’agira d’en faire un guichet unique pour aider les PME à obtenir des crédits, que les banques privées ont de plus en plus de mal à leur accorder, et pour investir dans des projets innovants susceptibles d’êtres créateurs d’emplois et/ou croissance. Un instrument qui sera sous la cotutelle d’Arnaud Montebourg et de Pierre Moscovici. Le premier revendiquant sa tutelle sur l’organisme censé être le bras armé de son ministère.

Quel est le nœud du problème?
Fin août, Le Nouvel Observateur révèle que l'Agence des participations de l'Etat (APE), sur laquelle Pierre Moscovici et Arnaud Montebourg exercent leur cotutelle, a confié mandat à la banque Lazard Frères pour conseiller le gouvernement dans la future Banque publique d’investissement. Or, la banque Lazard Frères est dirigée par Matthieu Pigasse, banquier d’affaires proche de DSK, également propriétaire des Inrocks. Ce même Matthieu Pigasse qui a embauché Audrey Pulvar, la compagne d’Arnaud Montebourg, à la tête des Inrocks. D’où les soupçons de conflit d’intérêts.

Quelle est la défense d’Arnaud Montebourg?
Lui assure n’avoir pas été mis au courant de cette décision, ce que confirme Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie, et qu’ainsi «le conflit d'intérêts ne peut donc pas être constitué». Il jure l’avoir appris par la presse et dit même désapprouver ce choix. Il annonce également attaquer Le Nouvel Obs pour diffamation. Audrey Pulvar, sur Twitter, a également pris la défense d’Arnaud Montebourg. Pierre Moscovici, interrogé sur le sujet lors des questions au gouvernement, a réaffirmé mercredi qu’il était seul décisionnaire. Mais plusieurs médias, dont Le Nouvel Obs, maintiennent leur information selon laquelle Arnaud Montebourg était forcément au courant de l’appel d’offres qui a été passé. Le Point révèle ce jeudi que Matthieu Pigasse et son bras droit chez Lazard ont déjeuné au ministère du Redressement productif le 26 juillet avec le directeur de cabinet d’Arnaud Montebourg, Stéphane Israël. Et Arnaud Montebourg est arrivé en fin de repas. Les protagonistes assurent qu’en aucun cas ils n’ont discuté du mandat pour lequel la banque Lazard concourait. Deux semaines après, la banque était désignée par l’APE.

Sa ligne de défense convient-elle?
Non, d’après deux avocats qui ont publié une tribune dans Libération. Florence Rault et Régis Castelnau rappellent que le conflit d’intérêts n’a aucune définition juridique et qu’il n’est qu’un concept idéologique. Dans le Code pénal, on parle de prise illégale d’intérêts. Les deux avocats rappellent que les textes répriment «le fait pour une personne dépositaire de l’autorité publique de mélanger les casquettes en suivant une affaire dans laquelle elle a un intérêt quelconque, direct ou indirect, qu’il soit matériel ou moral». Le tout pour éviter qu’il y ait soupçon sur la décision prise. Ils expliquent donc que le texte ne sanctionne pas des faits mais une simple situation. Ils rappellent également que «le respect formel d’une procédure ne garantit pas l’absence d’infraction». Et que les relations de familles ou assimilés comptent. Attention, les deux avocats sont plutôt proches des frères Guérini, avec qui Arnaud Montebourg est en guerre. Ce qui n'enlève rien à leur argumentation. 

Quelles conséquences politiques?
Arnaud Montebourg, engagé dans une lutte de pouvoir avec Pierre Moscovici à Bercy sur la tutelle de la BPI, se retrouve obligé d’en rabattre. La situation va l’obliger à reculer un peu. Les deux hommes affirment que seul Pierre Moscovici était aux manettes dans le choix de la banque Lazard, une affirmation qui acte l’influence moindre d’Arnaud Montebourg dans les couloirs du ministère sur ce dossier. Certains imaginent même que Pierre Moscovici a volontairement choisi la banque de Matthieu Pigasse pour gêner Arnaud Montebourg (attention lien payant). Les deux hommes ont en effet des projets totalement différents pour cette BPI. D'ailleurs Pierre Moscovici semble avoir gagné car la banque sera dotée d'un fonds de 30 milliards, beaucoup moins, finalement, que ne le souhaitait Arnaud Montebourg. Par ailleurs, la droite ne se prive pas d’exploiter la situation en envoyant communiqué sur communiqué pour dénoncer le conflit d’intérêts. NKM réclame une enquête de la commission des Finances de l’Assemblée. Et même Bertrand Delanoë a expliqué qu’il fallait «faire attention» avec ces situations susceptibles d’être assimilés à des «conflits d’intérêts».