L'Elysée va commander des sondages

POLITIQUE François Hollande avait pourtant assuré qu'il ne commanderait pas d’études d'opinion comme son prédécesseur...

— 

François Hollande, le 26 juillet 2012 à l'Elysée.
François Hollande, le 26 juillet 2012 à l'Elysée. — CHESNOT/SIPA

Et voilà un nouveau revirement de l’Elysée. Finalement, la présidence de la République va bien commander des sondages d’opinion. Pendant la campagne électorale, le candidat Hollande avait pourtant promis qu’il ne tomberait pas dans les travers de Nicolas Sarkozy, qui avait fait commander un nombre très important de sondages dans des conditions troubles, expliquant par ailleurs qu’il n’en avait pas besoin car il n’était pas coupé avec le pays. Mais plus de quatre mois après son élection, François Hollande et ses conseillers sont en train de revenir sur leur idée initiale, détaille Le Parisien.

Les sarkozystes raillent

La présidence de la République va signer très prochainement un contrat avec le Service d’information du gouvernement, organisme sous la tutelle de Matignon, afin de commander par son intermédiaire des enquêtes d’opinion sur le chef de l’Etat et son action. La pratique sera «propre, claire et transparente», promet-on à Matignon. Concrètement, les services du SIG commanderont les sondages et l’Elysée les remboursera.

Cette initiative évitera à l’équipe de François Hollande de scruter les sondages parus dans les médias pour comprendre pourquoi le cote de popularité du chef de l’Etat chute. Ou comment son intervention télévisée sur TF1 a été perçue. Ce qui fait sourire Thierry Saussez, ancien patron du SIG sous Sarkozy: «Une fois de plus, ils font des annonces pour faire le contraire de Sarkozy pour ensuite se rendre compte que c’était une erreur et revenir en arrière. Bienvenue sur terre, il est temps d’atterrir».