Strip poker dans une galerie new yorkaise

ART Un artiste de New York a décidé d'organiser un tournoi de strip poker devant la vitrine d'une galerie d'art de Tribeca pour… dénoncer le capitalisme...

Renaud Ceccotti-Ricci

— 

Le nouveau projet de l'artiste New Yorkais Zefrey Throwell: organiser des parties de strip poker dans une galerie d'art, à la vue des passants...
Le nouveau projet de l'artiste New Yorkais Zefrey Throwell: organiser des parties de strip poker dans une galerie d'art, à la vue des passants... — Zefrey Throwell

Ah, New York... Ses gratte-ciels, ses taxis jaunes et ses Indignés, les «Occupy Wall Street» comme on les appelle là-bas. Il faut dire que la Grosse Pomme a beau abriter la capitale mondiale de la finance, les Golden Boys y sont pourtant moins nombreux que les activistes anti-capitalistes en ce moment. Les fameux 99%…

Zefrey Throwell fait partie de ceux-là. Pas question pour lui de rester les bras croisés quand ses voisins manifestent contre l’Amérique de l’argent-roi… Sa réponse à lui est artistique: organiser un tournoi de strip poker (sans argent donc) dans une galerie du sud de Manhattan, à deux pas de chez De Niro, là même où DSK avait trouvé refuge.

«Je te relance», c’est là le nom donné à cette expérience artistique d’un genre nouveau. 48 participants (sept à la fois) se relayent devant la vitrine, à la vue des passants, n’hésitant à terminer tout nu leur partie de poker acharnée. «Il y a un message fort sur le capitalisme», explique sans rire l’un des joueurs.

La nudité et l’argent, voilà le thème de prédilection de Throwell, qui lors de sa dernière exposition avait demandé à ses modèles, déguisés en banquiers (costard-cravatte de rigueur) de se défroquer et de finir à nouveau dans le plus simple appareil.

L’artiste entend donc montrer par cette expérience l’injustice de la société et la mauvaise répartition des richesses dans l’Amérique d’aujourd’hui. «Je n’ai pas donné de dress code à mes joueurs de poker. Certains sont venus avec un t-shirt et un jean, d’autres ont multiplié les couches, quitte à ressembler au bibendum Michelin… Bref, la règle du jeu est censé être la même pour tous mais tout le monde n’a pas les mêmes chances pour l’emporter…»

Si vous voulez juger par vous-même, vous avez jusqu’au 19 novembre pour aller faire un tour à Tribeca, à la General Gallery. Mais attention de ne pas y perdre votre chemise…