Qui entrera au Hall of Fame du poker en 2011?

POKER Les dix nominés pour la récompense suprême, l'entrée dans le musée des légendes du poker, sont connus. Seuls un ou deux d’entre eux seront choisis...

Renaud Ceccotti-Ricci

— 

Barry Greenstein, le "Robin des bois du poker", fait figure de grand favori pour entrer au Hall of Fame du poker en 2011...
Barry Greenstein, le "Robin des bois du poker", fait figure de grand favori pour entrer au Hall of Fame du poker en 2011... — PokerStars

Qui rejoindra cette année les quarante légendes (Johnny Moss, Doyle Brunson, Johnny Chan, Phil Hellmuth, Erik Seidel…) du Hall of Fame, le Temple de la renommée du poker à Las Vegas?

La réponse sera apportée par les 18 membres encore en vie ainsi que par un panel de 17 journalistes spécialisés. Pour être éligible, il faut être un joueur reconnu sur la durée, jouer en hautes limites, avoir participé et briller lors de tournois prestigieux ou, pour les non joueurs, avoir favorisé l’ascension et la renommée du jeu…

Petit tour des nominés par ordre alphabétique :

Annie Duke: un bracelet WSOP, une troisième place dans la liste des plus grosses gagnantes de tous les temps avec 4,2 millions de dollars de gains cumulés, Annie Duke donnerait un peu de féminité à ce Hall of Fame loin d’être un Hall of Femme avec une seule représentante parmi les quarante légendes.

Barry Greenstein: c’est le grand favori des bookmakers. Le «Robin des bois du poker», qui avait offert ses gains à une œuvre de charité, est nominé pour la troisième fois. Après avoir été payé 52 fois dans un événement des WSOP (dont 3 bracelets), il devrait faire son entrée cette année.

Jennifer Harman: spécialiste du cash game (considérée même comme la meilleure joueuse de la spécialité), très bonne joueuse de tournoi, deux bracelets WSOP… Seul problème de taille: son statut de joueuse Full Tilt, un opérateur en pleins déboires judiciaires.

Linda Johnson: La «Première dame du poker» y joue depuis plus de trente ans. Autant dire qu’elle a eu le temps de montrer son talent. Elle fut également rédactrice en chef de CardPlayers magazine, a écrit plusieurs ouvrages de référence.

John Juanda: Encore un très gros joueur (5 bracelets dont 1 cette année face à Phil Hellmuth, 57 fois payé aux WSOP, 11,8 millions de dollars de gains en tournois…) Il n’a toutefois pas l’aura de Greenstein.

Marcel Lüske: son gros avantage, c’est qu’il est danois et que le nombre d’Européens au Hall of Fame est presque aussi faible que le nombre de femmes. En cette période de développement du poker en Europe, les Américains pourraient penser à lui.

Jack McClelland: directeur de tournoi mythique, il est comme chez lui au Bellagio. Il a également dirigé les tournois des World Series of Poker ou du World Poker Tour…

Tom McEvoy: un des trois seuls candidats à avoir remporté le Main Event des WSOP (1983). Candidat au Hall of Fame pour la troisième fois également, il est aussi l’auteur d’une dizaine d’ouvrages de référence sur le poker.

Scotty Nguyen: un des joueurs les plus charismatiques du circuit, il a lui aussi remporté le Main Event des WSOP (1998). A 48 ans, celui que l’on surnomme le « train » aimerait bien s’arrêter en gare de Vegas.

Huckleberry Seed: c’est le troisième vainqueur du Main Event WSOP (1996), grand spécialiste de Heads-up (un contre un), il a été choisi par Phil Hellmuth, un des juges, pour représenter l’Amérique face à l’Europe à la prochaine Caesars Cup à Cannes lors des WSOP Europe la semaine prochaine.