« Il y a un concept d'émission à trouver »

Recueilli parAlexandre Barthélémy

— 

Matthieu Lartot est actuellement en Nouvelle-Zélande pour couvrir la Coupe du monde.
Matthieu Lartot est actuellement en Nouvelle-Zélande pour couvrir la Coupe du monde. — france 2

Quel est ton meilleur souvenir de poker ?
Ma victoire en 2009 dans un tournoi à 500 € au cercle Wagram. Je m'étais qualifié grâce à un freeroll. Après deux jours de compétition, je finis premier et empoche 33 000 €. J'étais dans une superbe période. Trois jours après, des potes me proposent d'aller jouer les EFOP à l'ACF. J'ai joué le 250 € et fini 2e. Je venais de gagner 40 000 € en deux semaines !

A quelle fréquence joues-tu ?
Il y a des périodes où je joue beaucoup sur Internet, mais cela ne m'inspire pas trop confiance. Je préfère le live. Je fais une ou deux parties par semaine entre potes, sauf quand je suis en reportage. J'ai pas mal joué aussi avec les joueurs du Stade Français, du Racing et de Biarritz.

Te verrais-tu un jour commenter du poker ?
J'aimerais beaucoup. J'avais essayé de mettre du poker sur France Télévisions, mais j'avais reçu une fin de non-recevoir de la direction. C'était un grand regret. Les choses ont évolué. Il y a maintenant des émissions de paris, alors pourquoi pas du poker ? Il y a un concept à trouver, pas forcément avec des grosses sommes d'argent.

Y a-t-il des similitudes entre commentateur sportif et commentateur poker ?
Cela n'a rien à voir. Au rugby, tu as trois niveaux de commentaires. Un niveau factuel où tu as une voix posée, un ton logique sur le match, puis tu as les petites accélérations, où tu donnes de l'intérêt aux actions. Tu montes un peu dans les tours pour atteindre le dernier niveau après un essai où tu exploses, tu bouffes le micro ! Ça te prend aux tripes ! Au poker, c'est un peu comme le tennis, il n'y a pas beaucoup de commentaires. Je pense qu'il est plus difficile d'être un bon commentateur de poker que de rugby ou de foot.