Facebook veut rafler la mise du poker

POKER Le site communautaire vient de retourner sa veste et annonce l'autorisation des publicités liées au poker et aux jeux d'argent en ligne...

Renaud Ceccotti-Ricci

— 

Facebook veut jouer poker pour du vrai...
Facebook veut jouer poker pour du vrai... — Capture d'écran Facebook

Quel sacré bluffeur ce Mark Zuckerberg… Après avoir juré ses grands dieux en 2009 que les jeux d’argent n’avaient pas leur place sur son réseau social, le patron de Facebook a sorti un dernier as de sa manche et a décidé d’aller draguer les annonceurs poker et paris sportifs dans les pays où la législation l’y autorise.

Casinos et salles de jeu online peuvent donc désormais se "poker" les uns les autres et surtout mettre en avant leurs offres payantes auprès d’une bonne partie des 750 millions de membres du réseau.

Battus par Google

Cette décision tombe à point pour Facebook qui vient de voir son concurrent Google lui piquer l’application Zynga Poker, une simulation gratuite de poker téléchargée par plus de 35 millions de membres.

Surtout, il s’agit pour Zuckerberg de se positionner en vue d’une légalisation du poker en ligne et de sa promotion aux Etats-Unis. Légalisation que la plupart des acteurs du secteur prédisent imminente

20.000 euros la campagne

Si dans un premier temps les utilisateurs américains de Facebook n’auront donc pas accès à ces publicités, dès le changement de législation, celles-ci pourraient représentées une manne financière importante que le groupe californien n’entend pas laisser échapper.

Les sites et les applications traitant de poker, bannis en 2009, devraient donc faire leur réapparition sous peu.

Les applications de poker payant restent interdites sur le site mais rien n’empêche désormais les annonceurs de créer une page de poker gratuit sur Facebook et d’y incorporer des liens publicitaires renvoyant vers la page du site payant. A condition de mettre la main à la poche. Prix de la campagne de pub sur le site: minimum 20.000 euros.