La leçon de la semaine: «Bluffer le bluffeur», niveau 2

POKER Retrouvez chaque semaine la leçon de poker en vidéo...

— 

La leçon de poker de la semaine.
La leçon de poker de la semaine. — no credit

Au poker, le théorème du Yéti affirme qu’un joueur qui mise ou relance sur un flop affichant une paire ne possède pas le brelan ni le full. Pourquoi? Et bien parce que cela ferait fuir tous les adversaires alors qu’avec un jeu aussi fort on souhaite être payé. Dans le coup qui vous est présenté, un joueur mise sur un flop comprenant une paire dans un coup qui est une «bataille de blinds».

«Check'n raise»

Dans ce cas particulier en petite blind, nous checkons le flop affichant une paire de 8, ce que nous aurions fait en ayant un 8 en main, et la grosse blind ouvre en relançant comme il était prévisible.

En application du théorème du Yeti, nous le relançons à tapis pour ne pas laisser l’enchère ouverte. Nous savons qu’il n’a pas le brelan et nous savons qu’il ne pourra pas payer cette mise qui engage son tapis et donc son tournoi. En effet, il n’a pas relancé préflop donc il n’a pas le brelan de Dames qui lui donnerai un full, ni une grosse paire en main, valets, rois ou As, avec laquelle il pourrait nous payer.

En misant notre tapis en «check’n raise» nous bluffons le bluffeur et, impuissant, il est obligé de jeter ses cartes même s’il se doute bien que nous n’avons pas nous-même le brelan de 8. En effet, le yéti dit que nous n’aurions pas relancé à tapis son ouverture pour ne pas le faire fuir et lui prendre encore des jetons sur les enchères suivantes.