Nicolas Levi: «Pas besoin de se brûler les ailes»

INTERVIEW Rencontre avec un des meilleurs joueurs européens...

Propos recueillis par Matthieu Sustrac

— 

Nicolas Levi est en finale du WSOPE 2010, à Londres.
Nicolas Levi est en finale du WSOPE 2010, à Londres. — Matthieu Sustrac

A 28 ans, Nicolas Levi est considéré par les spécialistes du poker de tournoi comme un des meilleurs joueurs européens. Avec déjà 4 ans d'expérience sur le circuit, le membre de la Team Winamax nous présente son métier de joueur de poker.

Comment devient-on joueur de poker professionnel?

Etudiant expatrié en Angleterre, j'abordais ma quatrième année et je me suis rendu compte que l'informatique n'était pas ma vocation. Nous étions en 2004 et je jouais à pas mal de jeux... j'ai alors découvert le poker. J'ai déposé 20 dollars sur Internet que j'ai vite perdu. J'ai remis la même somme et j'en suis vite arrivé à jouer trois heures par jour. Au bout d'un moment, je gagnais plus que ce que peut espérer un informaticien débutant... et j'ai fait le choix de jouer au poker pour gagner ma vie.

L'ascension de CrocMonsieur pouvait débuter...
Ce surnom est du au fait que j'habitais loin de chez moi depuis des années. Je cherchais quelque chose qui fasse Français et soit reconnaissable mais surtout quelque chose qui ne fasse pas trop «killer» ou prise de tête. CrocMonsieur, ca sonnait bien...

Avec votre chapeau toujours vissé sur la tête, vous faites aujourd'hui parti des joueurs les plus reconnaissables du circuit ... Est-ce une stratégie?
Lorsque j'ai fait la transition entre le jeu sur internet et les parties réelles, je cherchais mon style et je me suis créé un personnage. Quand j'arrivais à une table, les gens ne savaient pas dans quelle case me mettre... ce qui est un avantage au poker. Il y a plusieurs styles gagnants à ce jeu mais je crois avant tout qu'il faut rester naturel. Dans la vie, je suis bavard et social donc, en général, je ne vais pas changer à la table. Etre agréable t'évite en plus de tomber dans la monotonie du jeu. Le poker est un combat d'informations, donc plus tu discutes et plus tu peux pousser certaines personnes à en révéler beaucoup plus que ce qu'elles voudraient...

Le fait d'évoluer dans une équipe est-il un avantage?
Le poker est un jeu solitaire, il faut donc avoir des amis pour vous soutenir en cas de besoin. Le fait d'être ensemble sur les tournois permet de penser à autre chose sans être seul contre tous. Certains joueurs sont dans cette optique, une optique très vite usante. Je suis partisan du partage hors de la table. En plus, Winamax a recruté un coach. L'arrivée de Stéphane Matheu est un gros plus pour nous, il nous simplifie la vie et nous met dans les meilleurs conditions pour être performant.

Vous accomplissez votre meilleure saison avec 500.000 dollars de gains en 2010. Comment garder les pieds sur terre?
Il ne faut pas s'enlever du crédit en cas de succès et surtout ne pas se jeter la pierre quand on perd. Il faut se remettre en question et analyser son jeu. Je pense que j'ai bien travaillé et que cela paye. J'ai toujours cherché à apprendre et c'est probablement aussi la maturité. Aujourd'hui, à la table, je contiens mieux mes pulsions et je reste cartésien. Je crois que l'arrivée de Stéphane (Matheu) y est pour beaucoup...

Pour terminer, avez-vous des conseils pour bien débuter au poker?
Tout d'abord, il n'y a pas besoin de beaucoup d'argent pour progresser. Il n'y a pas besoin de se brûler les ailes en franchissant trop vite les étapes, il faut monter de limites petit à petit. Se donner du temps et être patient, c'est obligatoire. Penser que l'on peut tout avoir tout de suite est une erreur. Ensuite, je dirais qu'il faut analyser ses gains et ses pertes en étant juste avec soi-même. Ne pas le faire seul c'est encore mieux. Il faut échanger, demander et discuter avec des amis joueurs ou sur internet.

Quels supports peuvent aider un débutant?
J'ai débuté avec l'équivalent anglais du Poker pour les Nuls mais je dirais que pour ceux qui veulent faire des tournois, «Kill Elky» est bien. Après, il y a lire et lire. Il est impossible de lire tout d'une traite et de l'appliquer, je crois qu'il faut y aller chapitre par chapitre et jouer entre chaque lecture. Je distingue le savoir du savoir faire. Le poker est un jeu nécessitant un apprentissage qui mélange théorie et pratique. Il faut juste trouver l'équilibre...