20 Minutes : Actualités et infos en direct
#20MINUTESDEPLAISIRPourquoi les drogues procurent-elles du plaisir ?

« Minute Papillon ! » : Pourquoi les drogues procurent-elles du plaisir ?

#20MINUTESDEPLAISIREcoutez Laurent Karila, professeur de psychiatrie spécialisé dans l’addictologie à l’hôpital Paul- Brousse (Villejuif), porte-parole de l’association SOS Addictions, sur les effets des drogues
Illustration de drogues et pillules
Illustration de drogues et pillules - Towfiqu Barbhuiya / Canva
Anne-Laëtitia Béraud

Anne-Laëtitia Béraud

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton« J’accepte pour aujourd’hui » dans le bandeau ci-dessous.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

À l’occasion de la Saint-Valentin, 20 Minutes se consacre au plaisir sous toutes ses formes. Oui, on parle de sexualité, mais aussi de plaisirs gustatif, olfactif ou sportif. Dans notre podcast « Minute Papillon ! », nous vous proposons une série « 20 Minutes de plaisir », soit un podcast par jour, jusqu’au 14 février, pour découvrir des plaisirs liés à la sexualité… ou encore aux fromages fleuris.

Pour ce deuxième épisode de notre série, intéressons-nous aux drogues, et à leurs effets sur le cerveau. Loin de promouvoir leur consommation, nous nous interrogeons : Pourquoi ces substances psychoactives procurent-elles du plaisir, alors qu’elles peuvent entraîner des addictions potentiellement mortelles ?

Des circuits dans le cerveau « désynchronisés » par les drogues

L’invité de cet épisode est Laurent Karila, professeur de psychiatrie spécialisé dans l’addictologie à l’hôpital Paul-Brousse (Villejuif), et enseignant à l’université Paris-Saclay. Porte-parole de l’association SOS Addictions, il est l’auteur de Docteur, Addict ou pas chez Harper Collins. Multicasquettes, on retrouve ce fan de heavy metal dans l’émission « Ca commence aujourd’hui », et dans le podcast « Addiktion ».

Pour évoquer les effets des drogues, il faut s’intéresser au cerveau. Jour et nuit, ce super organe fait battre notre cœur, nous permet de marcher, de mémoriser, d’enlever la main de la casserole brûlante… Ce chef d’orchestre se repose sur un système de 100 milliards de neurones connectés les uns aux autres. Pour se parler, les neurones utilisent des messages électriques ou chimiques, des neurotransmetteurs qui se fixent sur des récepteurs. Des circuits utilisés par les drogues. « Il y a des substances qui vont aller se fixer sur certains types de récepteurs dans le cerveau, rappelle le médecin dans cet épisode. Le cannabis se fixe sur les récepteurs cannabinoïdes (…). Cela envoie une cascade de messages de neurotransmetteurs, et à la fin, cela va vous faire plaisir car c’est la dopamine qui est secrétée ».

« Le cerveau s’en fout que vous soyez dépendant »

En agissant dans le cerveau, les drogues utilisent « les circuits de la récompense, la mémoire, la motivation et le contrôle. Vous fumez une fois un joint de cannabis, cela allume ces circuits, expose Laurent Karola. Si ce n’est qu’une fois, cela va s’éteindre. Mais le cerveau, qu’est-ce qu’il enregistre ? C’est que ce que vous avez consommé, cela fait du bien. Vous avez eu du plaisir. Le cerveau l'enregistre dans ce circuit de mémoire et d’apprentissage. Cela veut dire que quand vous allez répéter la consommation, vous allez devenir dépendant. Et le cerveau s’en fout que vous soyez dépendant ».

Une dépendance induite par la « désynchronisation » et l'« isolement » de ces circuits dans le cerveau, lié à la prise de drogues. « A chaque fois que vous allez consommer un produit, cela ne sera que de la récompense. Mais c’est un feu d’artifice biaisé, parce que ce n’est plus du vrai plaisir. Il n’y a plus de motivation, puisque ce circuit est isolé. Et il n’y a plus de contrôle. On rentre dans un phénomène de consommation addictive ».

« On court après la récompense »

Une addiction qualifiée de « perte de la liberté de s’abstenir » par Laurent Karila, « car il n’y a plus de récompense. On court après la récompense, malgré la punition qui est liée au manque, à la souffrance induite par la maladie, à ces envies irrépressibles de consommer, qui sont horribles (…) Pour ne pas souffrir, vous allez consommer ».

Pourquoi ne sommes-nous pas égaux devant la maladie qu’est l’addiction ? Quels sont les facteurs de risque ? Pourquoi peut-on redevenir malade après des années d’abstinence ? Comment agir sur les circuits cérébraux ? Vers qui se tourner pour retrouver des plaisirs sans substances ? Ce sont quelques-unes des questions de ce podcast, auxquelles Laurent Karila répond… Bonne écoute !

Dossier #20Minutesdeplaisir

Retrouvez dès dimanche notre nouvel épisode de notre série podcast « 20 Minutes de plaisir ». Au menu : Pourquoi aime-t-on les fromages qui puent ? Bonne écoute !

Sujets liés