20 Minutes : Actualités et infos en direct
PodcastPourquoi ce regard érotique sur la chevelure féminine ?

« Tout Sexplique » : D’où vient la charge érotique sur la chevelure féminine ?

PodcastEcoutez Zoé Forget, artiste photographe et chargée de cours à l’université Paris-8 Vincennes-Saint-Denis, à propos du regard sur la chevelure féminine
Illustration d'une femme avec de longs cheveux
Illustration d'une femme avec de longs cheveux - Canva / 20 Minutes
Anne-Laëtitia Béraud

Anne-Laëtitia Béraud


L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Et pour mieux rémunérer 20 Minutes, n’hésitez pas à accepter tous les cookies, même pour un jour uniquement, via notre bouton« J’accepte pour aujourd’hui » dans le bandeau ci-dessous.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies


Pourquoi la séduction et une charge érotique sont associées à la chevelure féminine ? Pourquoi les sociétés, depuis des siècles, scrutent particulièrement cette partie du corps féminin ? Pour en dire quoi ?

Des cheveux longs associés à la féminité

Dans l’art et la culture occidentale, prenons quelques exemples, en faisant volontairement de grands écarts. Prenez les statues antiques de femmes nobles aux lourds chignons, faites un détour, au XVe siècle, avec la naissance de Vénus par Sandro Botticelli, déesse qui se cache le pubis avec ses longs cheveux blonds, jusqu’à Disney reprenant le personnage de Raiponce et ses mètres de cheveux… La femme distinguée, la princesse et la déesse ont, toutes, de cheveux longs travaillés.

Au contraire des figures de femmes dévalorisées qui ont les cheveux dépenaillés, comme les sorcières, telle Madame Mim dans Merlin L’Enchanteur (1963). Ou des femmes aux cheveux rasés ou très courts, avec l’exemple du scandale provoqué par la star Britney Spears en 2007, se rasant les cheveux sous les flashes des paparazzis présents…

Que dire du cheveu féminin et du regard de la société ? On en parle dans cet épisode de « Minute Papillon ! » avec Zoé Forget, artiste photographe, chargée de cours à l’université Paris-8 Vincennes-Saint-Denis, sur la photographie et le tatouage. Depuis plusieurs années, le cheveu artificiel est au cœur dans sa création et de réflexion artistique.

Cet épisode fait suite à notre précédent rendez-vous audio à propos de la représentation des poils des hommes, avec Denis Bruna, commissaire de l’exposition « Des cheveux et des poils » au musée des arts décoratifs à Paris.

Écrivez-nous

« Tout Sexplique » est un rendez-vous hebdomadaire d’entretiens où l’on échange sur la sexualité, la santé et la société. Si vous avez des questions sur ces thèmes, on les transmet à des professionnels de santé, des experts, des grands témoins pour qu’ils y répondent en podcast. Comment faire ? Nous écrire à l’adresse : audio@20minutes.fr.

🎧 Retrouvez sur la plateforme de podcasts de 20 Minutes nos épisodes de « Minute Papillon ! » et « Tout Sexplique ». Abonnez-vous gratuitement à ces podcasts sur vos apps et plateformes audio préférées, comme Apple podcast ou Spotify. Pour faire grandir notre communauté, n’hésitez pas à parler de nos épisodes autour de vous, à les partager sur les réseaux sociaux, et à nous laisser des commentaires. Bonne écoute !

Sujets liés