« Mystères d’ici » : Quel est le secret des douze fées de la Planche des Belles Filles ?

PODCAST (7/7) Dans notre série « Mystères d’ici », consacrée aux histoires extraordinaires, Chloé Chamouton, autrice et journaliste, raconte la légende des douze fées de la Planche des Belles Filles, en Haute-Saône

Anne-Laetitia Beraud
— 

Quand la légende rejoint la réalité, parfois tragique... Bienvenue dans ce nouvel épisode de « Mystères d’ici », la série secrète du podcast « L’Eté dans vos oreilles » consacrée aux histoires extraordinaires, récits et légendes de nos régions. Après les fantômes du Louvre, ou l'énigme de l'Auberge rouge, partons à la découverte des douze fées de la  Planche des Belles Filles, en haut du massif des Vosges méridionales, entre la Haute-Saône et le Territoire de Belfort, en région Bourgogne Franche-Comté.

Quel est le symbole du nombre douze ?

C’est dans ce territoire, ces forêts, que prend vie la légende des douze fées. Ces êtres, bienfaiteurs et généreux, accompagnent les habitants, mais aiment leurs secrets. Et gare à ceux qui voudraient les dévoiler. Comment la légende des bonnes fées de la Planche des Belles Filles s’est-elle inspirée d’événements tragiques survenus dans la région ? Notre guide du jour est Chloé Chamouton, Franc-Comtoise, journaliste, autrice de plusieurs ouvrages, dont Les mystères de Haute-Saône, aux éditions De Borée (2011).

Il n’y a pas si longtemps, douze jeunes femmes visitaient encore les maisonnées après le crépuscule, « des êtres aux yeux rieurs et empreints d’une infinie bonté, aux cheveux d’or », raconte Chloé Chamouton dans cet épisode. Ces êtres d’exception pratiquaient les arts féeriques au profit des habitants des environs. Elles étaient douze, comme le nombre symbolisant l’accomplissement, la perfection, l’immuabilité de la nature et de la vie. Ces fées refusaient que l’on sache d’où elles venaient, où elles vivaient. Un jeune homme fit les frais de sa trop grande curiosité.

Quand la légende s’inspire du réel

« Si ces douze belles dames incarnent l’aspect bienfaisant et généreux de la fée, il se cache derrière ce conte une réalité plus tragique », rapporte encore Chloé Chamouton. Lors de la guerre de Trente ans, au XVIIe siècle, douze femmes de la région auraient préféré se suicider plutôt qu’être violées par les troupes suédoises qui dévastaient la région. Ces femmes martyres seraient alors devenues des fées bienfaisantes pour la population locale.

« Mystères d’ici » est une série du podcast « L’Eté dans vos oreilles ». Vous pouvez l’écouter gratuitement sur votre appli de podcast favorite et sur 20minutes.fr, à la rubrique « Podcast ». N’hésitez pas à vous abonner, à nous évaluer avec des étoiles sur votre appli d’écoute, et à nous envoyer des commentaires à audio@20minutes.fr