« Tout Sexplique » : La prostate, ses dessous chics et chocs

PODCAST Le professeur Georges Fournier, chirurgien urologue, président de l'association française d'urologie, est l’invité de notre rendez-vous santé et sexualité « Tout Sexplique »

Anne-Laetitia Beraud
— 

La prostate, on ne la voit pas, on ne la sent pas, alors à quoi sert cette glande qui fait partie du système reproducteur masculin ? Pourquoi, souvent après 50 ans, peut-elle poser problème ? Y a-t-il des conduites à risque ? Alors que la prostate garde toujours des mystères, on part les découvrir dans notre podcast hebdo Tout Sexplique avec le professeur Georges Fournier, chirurgien urologue, président de l’association française d’urologie (AFU). Cette association a lancé la campagne de sensibilisation contre le cancer de la prostate « Je roule contre le cancer de la prostate». Celle-ci se terminera par l’ascension du mont Ventoux (Vaucluse), à vélo, le 17 septembre 2022. Les participants seront des patients et des médecins, guidés par l’ancien champion Bernard Hinault.

En quoi la prostate reste-t-elle mystérieuse ?

Dans cet épisode, le médecin commence par définir la prostate, la situer, expliquer sa fonction, avant de lister d’éventuels soucis. L’adénome de la prostate se traduit par un grossissement de la prostate. « C’est une maladie mystérieuse, bien que très fréquente. Elle va toucher 90 % des hommes en vieillissant. (…) On n’en connaît pas la cause, même si on a quelques pistes », souligne l’urologue. « Avec le temps, l’adénome de la prostate va entraîner des symptômes urinaires, une difficulté pour évacuation la vessie, se lever souvent la nuit ou durant la journée, avec des envies très pressantes de faire pipi. Cette maladie est parfaitement bénigne et ne dégénère jamais », rappelle Georges Fournier.



Quant au cancer de la prostate, « il touche majoritairement les hommes dans leur deuxième partie de la vie », rappelle le médecin, même s’il existe des cas plus jeunes. Cancer très fréquent, avec 50.000 nouveaux cas par an, il entraîne « 8.100 décès par an, ce qui est énorme », souligne le chirurgien urologue. Une personne avec une prostate sur sept, voire sur huit, va être touchée par cette maladie.

Un dépistage par une simple prise de sang

« On en guérit assez bien quand c’est pris au bon moment », ajoute Georges Fournier, avant de rappeler que l’importance du dépistage, par une simple prise de sang prescrite par le médecin, pour évaluer le « taux d’antigène prostatique spécifique », le « PSA ».

La recherche scientifique est toujours en cours pour comprendre pourquoi certaines populations sont plus touchées que d’autres par cette maladie. Pourquoi les personnes en Asie ont-elles moins de cancers de la prostate ? Pourquoi l’Europe du nord est plus touchée que l’Europe du sud ?

« La prostate, il faut l’oublier avant 50 ans »

Georges Fournier évoque enfin la prostatite dont les symptômes, généralement, se traduisent par « des brûlures urinaires, des frissons comme la grippe, 40° de fièvre, des urines troubles. Vous allez chez le médecin qui va vous faire quelques analyses, prescrire des antibiotiques, et ça va rentrer dans l’ordre. »

Y a-t-il des conduites à risque ? Est-ce que certaines pratiques sexuelles seraient mauvaises pour la prostate ? « La prostate, il faut l’oublier avant 50 ans. (…) Vivons jeune, tranquille », conseille le professeur Georges Fournier. La suite de cet entretien avec le professeur Georges Fournier est à écouter gratuitement dans le lecteur audio ci-dessus.

Vos questions à audio@20minutes.fr

Tout Sexplique est un rendez-vous hebdo d’entretiens où l’on échange sur la  sexualité, la santé et la société. Si vous avez des questions sur ces thèmes, on les transmet à des professionnels pour qu’ils y répondent. Comment faire ? Nous écrire un message à l’adresse : audio@20minutes.fr

Vous pouvez écouter gratuitement Minute Papillon ! et Tout Sexplique sur toutes les applications et plateformes d’écoute en ligne, comme Apple podcast, Spotify ou Podcast addict par exemple. N’hésitez pas à vous abonner pour faire grandir notre communauté, nous laisser des commentaires et des petites étoiles sur Apple podcast.