« Place aux jeunes » : Comment Vito, 17 ans, vit ses soirées parisiennes et son futur pour « kiffer » ?

PODCAST Dans le podcast « Place aux jeunes », entretien avec Vito, 17 ans, qui raconte son quotidien et ses soirées parisiennes

Salomé Berlioux pour 20 Minutes
— 

A quelques mois de l’élection présidentielle, que pensent les jeunes de notre pays ? Quels sont leurs rêves, leurs aspirations, leurs peurs ? A quoi ressemble leur quotidien ? Quel est leur regard sur la campagne et l’échéance électorale à venir ? Qui sont vraiment les 15-25 ans ? Il faut aller à leur rencontre, les interroger, les écouter. Loin des clichés, donner la parole à cette génération trop souvent décrite comme sacrifiée, irresponsable ou désenchantée.

Le podcast Place aux jeunes vise à mettre en lumière la jeunesse française dans sa diversité, par des interviews avec des jeunes de moins de 25 ans. Pour ce septième épisode, entretien avec Vito, 17 ans.

Préparation des concours et questionnement de la société

Vito aime passionnément le football, la tranquillité et la Corse. Collégien puis élève en seconde générale et technologique, pas très scolaire, il finit par rejoindre une filière STMG – sciences et technologies du management et de la gestion. Désormais en terminale, il se prend au jeu, trop heureux de pouvoir avancer vers son but : l’indépendance financière. Avec Vito, on va parler filière professionnalisante, soirées parisiennes, les joints découverts en 3e, la volonté de « gagner un max de sous pour pouvoir m’acheter une moto, rembourser mes parents, leur acheter une maison à Tahiti…. Là, j’aurais réussi ma vie ». Son but dans la vie : « Kiffer. »

Un entretien direct, personnel, sans tabou, avec les garçons et les filles qui composent la France d’aujourd’hui, mené par Salomé Berlioux, fondatrice et directrice générale de l’association Chemins d’avenirs. Elle accompagne plusieurs milliers de jeunes dans la construction de leur parcours académique, professionnel et citoyen. Ce podcast est diffusé en partenariat avec 20 Minutes, Ouest-France et la Fondation Jean-Jaurès.