Comment déconstruire le sexisme et le conditionnement de genre ? Réponse dans « Tout Sexplique »

PODCAST Dans notre rendez-vous hebdomadaire « Tout Sexplique », Astrid Toulon, du collectif « Dans la bouche d’une fille », évoque le mouvement de libération de la parole des femmes et ses défis

Anne-Laetitia Beraud
— 

« Votre nuit ensemble : "T’aimes ça hein ? Petite garce… petite pute…". Au début, tu penses qu’il dit ça pour rigoler. » « Tu tombes sur une pub pour un ordinateur, une jeune femme blonde, bouche grande ouverte et yeux ahuris : "Aussi pour les blondes" ». « Ton père te dit que tu es passée "de belle jeune fille à grosse vache" »…

Des remarques sexistes « anodines », « ordinaires », entendues en famille, au cours des études, au travail, chez le médecin ou dans la rue. Des remarques, lancées par des hommes et des femmes, sur le sexe, le corps, la « bonne façon » de faire, la « bonne façon » d’être pour les filles et les femmes. Des paroles mises à l’écrit par un collectif d’autrices, créé en 2012, pour lutter contre le sexisme et les stéréotypes de genres. Ce collectif, composé notamment Astrid Toulon, Luna Baruta, Valérie Thierry, Enissa Bergevin et Louise Pothier, a publié début avril l’ouvrage Dans la bouche d’une fille (Albin Michel, 14,90 euros)

Dans cet épisode de « Tout Sexplique », notre rendez-vous « sexualité et société » de 20 Minutes, on échange avec Astrid Toulon, qui a dirigé et participé à l’écriture de cet ouvrage manifeste. On évoque les suites du mouvement de libération de la parole des femmes, trois ans après les premières accusations contre le producteur américain Harvey Wenstein. Quelle parole aujourd’hui ? Pourquoi utiliser des témoignages en utilisant le « tu » ? Pourquoi le choix d’un collectif ? Ce sont des questions de cet entretien à retrouver gratuitement dans le lecteur audio ci-dessous, et sur toutes les plateformes d’écoute en ligne. « Dans la bouche d’une fille » est aussi un compte sur les réseaux sociaux Instagram et Twitter.