PODCAST. Les masques chirurgicaux mettent-ils 450 ans à se décomposer dans la nature ?

« MINUTE PAPILLON! » Dans un message partagé plus de 26.000 fois sur Twitter, un internaute assure que les masques à usage unique, utilisés pour lutter contre la propagation du coronavirus, mettent 450 ans à se décomposer

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Illustration d'un masque chirurgical à terre
Illustration d'un masque chirurgical à terre — Claudio Schwarz | @purzlbaum/Unsplash

Avec la levée du confinement et la multiplication des déplacements des personnes, le retour d’une mauvaise surprise : des masques à usage unique par terre, jetés dans les rues ou la nature.

Un constat préoccupant, comme le révèle un tweet partagé plus de 26.000 fois depuis le 18 mai : « Coucou les porcs, il faut 450 ans à un masque chirurgical pour se décomposer dans la nature #SachezLe ».

Aymeric Le Gall, journaliste à 20 Minutes, s’est intéressé à la question de la durabilité de ces masques. Il a pour cela contacté Jean-François Gérard, enseignant-chercheur au sein du laboratoire d’ingénierie des matériaux polymères de l’université de Lyon, Antidia Citores, porte-parole de l’ONG Surfrider Foundation Europe, le ministère de la Transition écologique et solidaire et celui de la Santé.

Les masques sanitaires mettent-ils des siècles à se décomposer ? Aymeric Le Gall donne des réponses et raconte son enquête dans cet épisode de Minute Papillon ! Il est à écouter, en un simple clic, dans le lecteur ci-dessus. Pour retrouver son enquête par écrit, c’est par ici.

« Minute Papillon ! » est un podcast original de 20 Minutes. Si vous l’appréciez, vous pouvez vous abonner gratuitement et nous évaluer :

Pour nous contacter : audio@20minutes.fr, sur Twitter@ALBeraud et Instagram annelaetitiaberaud. Retrouvez tous les podcasts de 20 Minutes par ici.