AUDIO. Justice: A quoi servent les jurés?

Juste un droit Nous pouvons tous un jour être tirés au sort pour siéger à la cour d’assises en tant que jurés. Comment les jurés sont-ils sélectionnés et préparés à la dure tâche qui les attend ? Juste un droit, le podcast judiciaire de «20 Minutes», fait le point

Romain Gouloumès

— 

L'assemblee de la salle de la cour des assises de Pau Proces du directeur et de trois employes de l'abattoir municipal de Mauleon, en 2018.
L'assemblee de la salle de la cour des assises de Pau Proces du directeur et de trois employes de l'abattoir municipal de Mauleon, en 2018. — Quentin Top / Sip
  • Tous les citoyens français, ou presque, peuvent au cours de leur vie être tirés au sort pour devenir jurés d’assises.
  • En endossant temporairement le rôle de juges, les jurés doivent prendre une décision particulièrement difficile et décider de la culpabilité ou de l’innocence du suspect qui leur est présenté.
  • Le rôle des jurys populaires est cependant remis en question avec l’expérimentation menée depuis la rentrée dans sept départements. Dans ces juridictions, des tribunaux criminels sont chargés de juger les crimes passibles de dix à vingt ans de réclusion, sans faire appel à des jurés.

Coupable ou innocent ? A eux de trancher. Pour quelques jours ou quelques semaines, les citoyens français tirés au sort doivent se conformer à un rôle pour le moins atypique, celui de juré. Car dans les cours d’assises, il revient à des jurys populaires de se prononcer.

Comment sont-ils sélectionnés ? Comment la Justice prépare-t-elle les citoyens à décider du sort d’un de leurs semblables ? Les jurés sont-ils plus coulants ou plus durs que des professionnels du droit ? Pour faire le point sur le rôle de ces juges-citoyens d’un jour, et leur avenir, Juste un droit a la chance de compter sur trois invités qui ont juré de dire la vérité, rien que la vérité.

La première, l’écrivaine Anne Vantal, a été jurée en 2008. L’expérience l’a tellement marquée qu’elle lui a inspiré un ouvrage, «Peine Maximale». La magistrate et trésorière de l' USM, syndicat majoritaire de la magistrature, Cécile Mamelin, apporte son expertise en complément. Ce tandem de terrain est renforcé par la journaliste police-justice de 20 Minutes, Caroline Politi.