Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
Mauvais « EAUGURE »Les débits des rivières des Pyrénées pourraient chuter de 15 % d’ici 2040

Pyrénées : Les débits des rivières pourraient chuter de 15 % d’ici 2040

Mauvais « EAUGURE »
Les belles rivières des Pyrénées pourraient perdre de leur impétuosité à court terme pour cause de réchauffement climatique, selon une étude scientifique internationale
Un torrent dans Pyrénées catalanes. Illustration.
Un torrent dans Pyrénées catalanes. Illustration.  - Sergi Reboredo / Sipa
Hélène Ménal

Hélène Ménal

L'essentiel

  • Une étude scientifique internationale suggère que les étés dans les Pyrénées vont devenir plus longs et plus arides.
  • Les débits des rivières pourraient diminuer de 15 % d’ici 2040, peut-être de 20 % à la fin du siècle, et le phénomène a déjà commencé.
  • Les chercheurs pensent que les conséquences pourraient être sévères bien au-delà des blancs sommets.

Moins de neige, qui fondrait plus tôt. Des rivières dont les débits diminueraient de 15 % à l’horizon – pas si lointain – 2040. Et de 20 % d’ici la fin du siècle. C’est l’inquiétante perspective dessinée pour les Pyrénées par une étude internationale dévoilée ce mardi, en pleine COP28. Le projet Piragua – un consortium de chercheurs espagnols, andorrans et du CNRS pour le versant français – dresse le constat que le scénario de la réduction des ressources en eau du massif est déjà amorcé. Ce, essentiellement en raison de l’élévation de la température moyenne annuelle de +0,8 °C entre 1981 et 2010. Mais aussi parce que les terres agricoles de montagne ont tendance à disparaître au profit d’une plus grande couverture forestière.

« Les résultats des modèles montrent de manière très cohérente que dans le futur, le climat des Pyrénées sera plus chaud et plus sec, avec une augmentation générale de l’aridité à la fois dans l’espace et dans le temps, sauf dans les zones les plus élevées, explique Santiago Beguería, le scientifique espagnol chef du projet Piragua. En général, il y aura une diminution progressive des débits annuels des rivières pyrénéennes, qui s’accentuera au fur et à mesure que le siècle avance. Cette réduction sera la plus marquée dans le scénario d’émissions le plus pessimiste ».

On n’ose imaginer les conséquences sur le ski et les créneaux de canyoning.

L’idée d’associer les habitants à la gestion de l’eau

Les scientifiques voient encore plus large et insistent sur le fait que les rivières des Pyrénées ont « une importance primordiale » bien au-delà du massif. Elles « assurent les besoins en eau de l’agriculture, de, de l’industrie et de l’approvisionnement en eau potable d’une vaste région s’étendant des deux côtés de ses contreforts », soulignent-ils.

Et parmi les mesures qu’ils préconisent pour que les rivières cristallines des Pyrénées ne deviennent pas des petits ruisseaux, il y a l’idée originale d’associer à la réflexion et la gestion de la ressource les principaux intéressés et les mieux renseignés : les habitants.

Sujets liés