20 Minutes : Actualités et infos en direct
justice du climatNouveau revers judiciaire pour la politique climatique d’Olaf Scholz

Allemagne : Le gouvernement d’Olaf Scholz condamné pour son inaction climatique

justice du climatLa Cour administrative de Berlin-Brandebourg a contraint le gouvernement allemand à prendre des mesures « d’urgence » pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le transport et le bâtiment
Le chancelier fédéral allemand Olaf Scholz.
Le chancelier fédéral allemand Olaf Scholz. - snapshot/Future Image/B Elmentha / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Nouveau revers pour Olaf Scholz. A l’heure de la COP28, la justice allemande a condamné jeudi son gouvernement pour son action insuffisante dans la protection du climat. La Cour administrative de Berlin-Brandebourg l’a contraint à prendre des mesures « d’urgence » pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le transport et le bâtiment, qui génèrent respectivement 20 % et 30 % du CO2 rejeté en Allemagne.

« Le gouvernement fédéral est tenu de prendre une décision pour la mise en place d’un programme d’urgence » dans ces deux secteurs, ont indiqué les juges. Ce jugement n’est toutefois pas applicable immédiatement, dans la mesure où le gouvernement peut faire appel.

Les ONG, qui accusaient le gouvernement d’Olaf Scholz d’inaction dans la lutte contre le réchauffement climatique, se sont félicitées de cette décision. « Le tribunal a dit clairement que le gouvernement doit respecter ses propres objectifs climatiques », a déclaré Antje von Broock, porte-parole de BUND.

Une politique insuffisante

Dans le détail, les associations estimaient que le gouvernement n’avait pas mis en place des programmes d’urgence nécessaires ces dernières années pour réduire les émissions dans le bâtiment et le transport. La législation allemande sur la protection du climat prévoit en effet un maximum d’émissions de CO2 autorisées pour chaque secteur. Si ces plafonds sont dépassés, les ministères concernés doivent soumettre un programme d’urgence dans les trois mois pour réduire les volumes.

Dans le secteur des transports, les niveaux d’émission autorisés pour 2021 ont été par exemple dépassés de 3,1 millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre, ainsi que de 2,5 millions de tonnes dans le bâtiment, selon des chiffres officiels. Or, les associations estimaient que les mesures mises en place par les ministères n’avaient « pas suffi ».

Dans les transports notamment, « elles n’ont permis de combler que 5 % de l’écart » entre les émissions réelles et le maximum autorisé par la loi, a déclaré à l’AFP Jürgen Resch, militant écologiste de la DUH. Les associations demandent en conséquence la mise en place de mesures concrètes, comme une limitation de vitesse sur les autoroutes, dans un pays qui n’en dispose pas encore ou la suppression des subventions « néfastes pour le climat ».

Sujets liés