20 Minutes : Actualités et infos en direct
Une pierre deux coupsPour les Européens, la transition se fera avec une réduction des inégalités

Pour deux tiers des Européens, la transition écologique doit aller de pair avec une réduction des inégalités

Une pierre deux coupsGlobalement, l’augmentation du coût de la vie est de très loin le principal souci des Européens
Des élèves brandissent des pancartes lors d'une manifestation appelant à l'action climatique à Melbourne, en Australie, le 17 novembre 2023.
Des élèves brandissent des pancartes lors d'une manifestation appelant à l'action climatique à Melbourne, en Australie, le 17 novembre 2023.  - William WEST / AFP / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

La grande majorité des Européens estime que la transition écologique ne se fera que si les inégalités sont adressées. Ils sont 68 % à dire qu’une économie neutre en carbone « ne peut se faire que si l’on s’attaque en même temps aux inégalités », d’après un sondage réalisé par BVA pour la Banque européenne d’investissement (BEI), publié mardi.

32 % pensent, eux, que la transition doit se faire « même si cela signifie que les inégalités risquent d’augmenter », indique cette étude réalisée par l’institut BVA du 7 août au 4 septembre. Globalement, l’augmentation du coût de la vie est de très loin le principal souci des Européens (cité par 68 % des personnes interrogées dans l’UE, et 70 % en France), sur une liste de dix préoccupations possibles avec changement climatique, dégradation de l’environnement, migrations de grande ampleur, accès à la santé, inégalités de revenus, chômage, terrorisme, instabilité politique et cyberattaques.

Fort recul de l’optimisme

Le changement climatique arrive en deuxième position (cité par 45 % des personnes interrogées dans l’UE, et 39 % en France), et la dégradation de l’environnement en troisième position (28 % en moyenne dans l’UE, 22 % en France). L’enquête montre aussi une nette dégradation de l’optimisme en Europe sur l’impact socio-économique de la transition énergétique et les créations d’emploi attendues.

Ainsi, cette année, 51 % des Européens interrogés disent attendre des créations d’emploi de la transition, alors qu’ils étaient 56 % en 2021. Les plus grands écarts se trouvent dans les pays du nord comme les Pays-Bas, où seulement 42 % des personnes interrogées disent s’attendre aujourd’hui à une amélioration de l’emploi due à la transition, contre 62 % en 2021. En Allemagne aussi l’enquête montre un fort recul de l’optimisme, à 41 % contre 54 % en 2021.

Les Français plus sereins

En France en revanche, l’optimisme sur l’emploi lié à la transition climatique s’améliore légèrement : 57 % des Français estiment que les mesures adoptées pour lutter contre le changement climatique seront plutôt source de bénéfices, notamment en termes de créations d’emploi, contre 43 % qui pensent le contraire. En 2021, lorsque l’enquête de la BEI avait posé la même question, les Français n’étaient que 55 % à attendre des créations d’emplois.

L’étude a été menée auprès de 30.245 personnes au total, dans 35 pays dont les 27 de l’UE, selon la méthode des quotas. En France, et dans la plupart des pays de l’UE, 1.000 personnes au moins ont été interrogées. Dans des pays plus petits comme Chypre, l’Estonie, la Lituanie, le Luxembourg, la Slovaquie et la Slovénie, les échantillons étaient compris entre 444 et 513 personnes interrogées, et 210 à Malte.

Sujets liés