20 Minutes : Actualités et infos en direct
FournaiseLa canicule frappe Rome et toute l’Italie, 42°C attendus mardi

Canicule : A Rome, la « Ville infernale », « il fait plus chaud qu’en Afrique »

FournaisePlus de 42°C sont attendus mardi dans la capitale italienne, ce qui exploserait le précédent record de 40.5°C en 2007
Les Romains soufrent de la chaleur et tentent de se rafraîchir comme ils peuvent.
Les Romains soufrent de la chaleur et tentent de se rafraîchir comme ils peuvent. - Amer Ghazzal//SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Rouge sombre. La carte des températures en Italie n’offre pas un panel de couleurs très variées, tant la chaleur étouffante s’est installée sur toute la Botte. Seize grandes villes italiennes ont été placées ce dimanche en alerte rouge à la canicule, dont Bologne, Florence, Rome, Cagliari en Sardaigne, Palerme et Catane en Sicile, avec des relevés à l’ombre attendus autour de 35/36°C, mais des températures ressenties proches des 40. Au zoo de Rome, écrasée par un soleil de plomb, les soigneurs ont commencé à alimenter les animaux en fruits glacés pour les rafraîchir : ici un hippopotame engloutit des quartiers de pastèque, là un lémur à l’épaisse fourrure pourlèche lui aussi un fruit désaltérant.

Au Vatican, des foules de pèlerins et touristes bravent chaque jour la canicule pour entrer dans les prestigieux musées de la cité-Etat. Ils étaient 15.000, selon la gendarmerie du Vatican, rassemblés ce dimanche matin sur la place Saint-Pierre pour écouter à midi le pape François réciter la traditionnelle prière de l’Angélus depuis une fenêtre de ses appartements. Munis de chapeaux, d’ombrelles ou de parapluies, ils s’éventaient tant bien que mal et s’hydrataient en vidant les petites bouteilles d’eau fraîches vendues par les marchands ambulants.

Religieux et touristes s’adaptent

Mais pour les religieux engoncés dans leur robe noire, l’épreuve est d’autant plus éprouvante. « On a du mal à s’adapter, il fait plus chaud qu’en Afrique, en République démocratique du Congo », assure François Mbemba, prêtre de 29 ans dans le diocèse de Kenge près de Kinshasa. « Cette chaleur se prolonge jusque dans la nuit, nous avons du mal à dormir. Et nous qui sommes habillés en noir, on transpire comme en enfer ».

« J’ai vraiment du mal avec la chaleur. J’ai acheté un mini ventilateur, un parapluie et des bouteilles d’eau », se lamentait Lilu Da Costa Rosa, une vendeuse brésilienne de 48 ans venue de Lyon. « Les files d’attente sont très longues, et rester au soleil 35 minutes par 35°C, c’est énorme. On va faire plutôt à la fin de la journée, ce sera plus frais ». Pour Elias et Carole, un couple de Libanais, pas d’affolement. Il fait aussi chaud dans leur pays à cette période de l’année. « La température est à peu près la même, on met un peu plus de crème solaire, on boit un peu plus d’eau », confiait Carole. « On ne pensait pas qu’il ferait 42 ou 43°C [prévus mardi à Rome] mais on avait vu sur Google qu’il ferait chaud », expliquait cette infirmière de 36 ans.

Rome « ville infernale »

A Lampedusa, île italienne située à environ 145 kilomètres des côtes tunisiennes où débarquent chaque année des milliers de migrants, la Croix-Rouge, qui gère le « hotspot » (centre d’accueil) depuis le mois de juin, a « étendu les zones d’ombre à l’aide de chapiteaux et de tonnelles », explique une porte-parole de l’ONG. Lampedusa est l’un des principaux points d’entrée pour les migrants qui traversent la Méditerranée. L’année dernière, plus de 46.000 personnes y ont débarqué, sur un total de 105.000 arrivées en Italie, selon le HCR.

Le Centre météo italien (CMI) dit craindre « la vague de chaleur la plus intense de l’été mais aussi une des plus intenses de tous les temps ». A Rome, rebaptisée « Ville infernale » dans la presse, les températures pourraient monter jusqu’à 40°C lundi, puis 42 ou 43°C mardi, faisant exploser le précédent record de 40,5°C enregistré dans la capitale en août 2007.

Mais c’est sur l’île de Sardaigne que l’on attend les températures les plus élevées. Le record de 48,8°C datant du 11 août 2021, la plus haute température jamais mesurée en Europe, pourrait ainsi être battu. La chaleur est l’un des événements météorologiques les plus meurtriers, a rappelé récemment l’Organisation météorologique mondiale. L’été dernier, en Europe seule, les fortes températures ont causé plus de 60.000 décès, selon une récente étude.

Sujets liés