Nouvelle inauguration sur l'immense site photovoltaïque des Mées

© 2011 AFP

— 

Un nouveau parc photovoltaïque a été inauguré jeudi sur le plateau des Mées (Alpes-de-Haute-Provence), qui doit à terme accueillir quelque 200 hectares de panneaux solaires, a constaté un journaliste de l'AFP.

Implanté sur 36 ha (79.000 modules installés), le parc, édifié par le constructeur et exploitant belge Enfinity, représente une puissance de 18,2 MW, pour une production annuelle de 26 millions de kWh, permettant d'alimenter en électricité quelque 8.000 familles.

Achevé en janvier, il vient s'ajouter à plusieurs autres centrales construites sur les lieux depuis 2010, notamment par EcoDelta, SolaireDirect et Siemens, explique la mairie des Mées. D'ici la fin 2011, quelque 200 ha de panneaux, produisant environ 100 MW, devraient être en service. A ce stade, 60 MW sont produits.

Selon le maire Raymond Philippe, l'ensemble constitue le plus grand parc de France.

Couvrant une partie de l'immense plateau de la Colle-les Mées, les installations s'étalent sur des terres peu arables louées à des agriculteurs, au-dessus du village et sans impact visuel immédiat, insiste la mairie, dont les permis de construire ont un temps fait l'objet de recours de défenseurs de l'environnement.

Pour son parc, Enfinity indique avoir pris en compte la préservation du paysage, notamment en créant un espace de pâturage et un système dépourvu de fondation en béton.

Ce projet représente un investissement de 70 millions d'euros, précise l'entreprise, qui assure poursuivre sa croissance "malgré un contexte délicat" depuis la publication en mars par le gouvernement d'un cadre de régulation limitant la politique de tarifs de rachat.

"Ce n'est pas seulement une énergie renouvelable, c'est aussi une filière durable que nous sommes en train d'installer", a plaidé jeudi le président (PS) du conseil général des Alpes-de-Haute-Provence, Jean-Louis Bianco.

"Ca se développait à grande vitesse dans le département. Je dis +ça se développait+, parce que malheureusement (...) ils n'ont rien inventé de mieux qu'un système autoritaire et bureaucratique où une autorité centrale, en l'occurrence Paris, va dire : +vous dans les Alpes-de-Haute-Provence vous avez droit à tant de mégawatts+."