Photovoltaïque: "quasi-arrêt de mort" d'une usine en Gironde

© 2011 AFP

— 

Le nouveau cadre de régulation du photovoltaïque signe "le quasi-arrêt de mort" de l'usine First Solar en Gironde "qui devait être la première usine française de fabrication des panneaux solaires", a déclaré mardi Vincent Feltesse, président PS de la Communauté urbaine de Bordeaux.

M. Feltesse se dit "consterné", dans un communiqué, par ce nouveau cadre qui prévoit à partir du 10 mars des tarifs d'achat fixés à environ 20% en dessous du tarif en vigueur au 1er septembre 2010.

Selon lui, cette décision ne laisse "plus la place à aucune ambiguïté" et "emporte avec elle la perspective d'un investissement chiffré à 95 M EUR, doublé de la création de quelque 420 emplois" à Blanquefort (Gironde), dont M. Feltesse est maire.

Le président de la CUB a fustigé "la politique industrielle du gouvernement français (qui) ressemble à un immense gâchis". "Là où nos voisins européens (...) affichent à la fois des ambitions fortes et lisibles et font le pari du développement d'une filière spécifique aux énergies renouvelables, la France s'arrête aux bonnes intentions du Grenelle de l'environnement", poursuit le communiqué.

Le groupe américain First Solar, leader dans la technologie des panneaux photovoltaïques, doit implanter, d'ici 2012, un nouveau site de production à Blanquefort.

L'usine de Blanquefort sera "la plus grande usine de panneaux solaires en France" et le quatrième site de production de First Solar dans le monde, avait estimé le président de First Solar, Bruce Sohn.