Mitsubishi Motors lance sa voiture électrique i-MiEV en Europe

© 2011 AFP

— 

Le constructeur automobile japonais Mitsubishi Motors a annoncé vendredi le début de la vente de sa voiture tout électrique i-MiEV dans 15 pays européens.

Le groupe commercialise déjà depuis plus d'un an au Japon une i-MiEV adaptée au marché local, et a démarré en octobre la production dans l'archipel d'autres versions de cette petite citadine spécialement conçues pour le marché européen.

Il a expliqué dans un communiqué avoir depuis livré en Europe quelque 2.500 i-MiEV et modèles fabriqués pour le constructeur français PSA, des variantes du même véhicule qui seront commercialisées sous le nom d'iOn pour Peugeot et C-ZERO chez Citroën.

Mitsubishi Motors ambitionne de vendre à l'étranger d'ici à mars 2011 un total de 5.000 voitures électriques, y compris celles produites pour PSA.

L'i-MiEV sera commercialisée dans un premier temps dans 15 pays, notamment l'Allemagne, la Grande-Bretagne et la France, et le groupe a précisé qu'il envisageait de la proposer dans quatre nations supplémentaires.

Le groupe japonais est un précurseur dans le secteur et fut le premier à proposer un véhicule urbain compact tout électrique au Japon dès la mi-2009.

Son i-MiEV est rechargeable sur simple prise secteur ou borne rapide adaptée, la batterie offrant une autonomie de 150 km dans de bonnes conditions de circulation.

Mitsubishi Motors et PSA collaborent sur plusieurs volets dans ce domaine: outre leur travail commun autour de l'i-MiEV, ils élaborent une version électrique des modèles utilitaires légers Partner de Peugeot et Berlingo de Citroën, déclinaisons qui seront produites à partir de 2012 en Espagne.

Les deux marques françaises espèrent vendre de 3.500 à 4.000 de ces véhicules en 2011 et 9.000 en 2012, avec l'objectif de commercialiser au total 50.000 voitures électriques pour chacune d'ici 2015.

Mitsubishi Motors et PSA ont renoncé au printemps 2010 à un projet "d'alliance capitalistique", au moyen de laquelle le constructeur automobile français comptait éventuellement prendre le contrôle de son homologue et ami de longue date japonais.