Marée noire: Halliburton s'estime injustement mis en cause

© 2011 AFP

— 

Le groupe de services pétroliers Halliburton a indiqué mardi qu'il s'estimait injustement mis en cause par la commission d'enquête sur la marée noire, qui a mis en cause son appréciation des tests menés sur une mousse de ciment posée dans le puits avant que le béton ne soit coulé.

"D'une manière générale, la commission (d'enquête) nationale a sélectivement omis des informations fournies par Halliburton en réponse à ses nombreuses demandes", regrette le groupe de Houston (Texas, sud des Etats-Unis).

En tout état de cause, "Halliburton ne croit pas que les problèmes liés aux tests de ciment exonèrent BP de ses obligations d'indemnisation", a ajouté le groupe dans un communiqué.

Halliburton, chargé du coffrage en ciment du puits, avait reconnu en octobre qu'un test final n'avait pas été mené sur la stabilité de cette mousse de ciment, en imputant la responsabilité à BP.

Mardi, il a au contraire indiqué qu'il avait transmis à la commission d'enquête des éléments montrant qu'un test aux conclusions satisfaisantes avait été achevé le 19 avril, soit la veille de l'explosion: un rapport sur ce test et sa réussite avait été transmis électroniquement à un ingénieur de Halliburton à 16H14 ce jour-là.

Globalement, le rapport des experts publié mardi ne mâche pas ses mots: "les causes immédiates de l'explosion peuvent être trouvées dans une série d'erreurs identifiables de la part de BP, Halliburton et Transocean, qui révèlent de tels manquements dans la gestion des risques qu'il y a de quoi douter de la culture de sécurité de l'industrie toute entière".

Il note en particulier que Halliburton avait commencé un deuxième test le 18 avril vers 2 heures du matin.

"Ce test devrait normalement prendre 48 heures. Halliburton a fini de couler le ciment juste avant l'expiration des 48 heures", ajoute le rapport. "Même si le deuxième test semble montrer que le type de mousse de ciment utilisé était stable, il n'est pas clair que Halliburton en ait eu le résultat en mains avant de couler le ciment".

Halliburton a rétorqué que "contrairement au rapport de la commission d'enquête, un test de stabilité de mousse n'a pas besoin de 48 heures pour être achevé", et en l'occurence, "il a été achevé et il a réussi les examens de laboratoire en 38 heures".

La plateforme DeepWater Horizon, qui se trouvait à quelque 80 km de La Nouvelle-Orléans, était la propriété du groupe suisse Transocean et avait été en partie construite par le groupe américain Halliburton. Son explosion le 20 avril a fait 11 morts et répandu des centaines de millions de litres de brut dans le Golfe du Mexique jusqu'à la fermeture du puits quatre mois plus tard seulement.