Le moratoire sur l'énergie solaire menace un projet d'usine à Bordeaux

© 2010 AFP

— 

Lancé en grande pompe à l'été 2009, le projet d'usine de panneaux solaires de Blanquefort, près de Bordeaux, vient d'être reporté sine die dans l'attente d'éclaircissements sur l'avenir des aides publiques à l'énergie solaire, mettant en jeu la création de 400 emplois.

Le fabricant américain de panneaux photovoltaïques First Solar a décidé "à regret" de "décaler le démarrage des travaux de construction de l’usine", qui devaient débuter en janvier 2011, a-t-il annoncé vendredi.

Motif: le moratoire de 3 mois sur les nouveaux projets solaires décidé par le gouvernement français en début de mois.

Cette suspension, décidée afin de remettre à plat un système jugé trop coûteux de soutien à la filière, "réduit largement la lisibilité et les perspectives de marché", avance First Solar, un des trois leaders mondiaux du secteur.

Le projet remonte au 23 juillet 2009. Ce jour-là, une centaine de journalistes avaient été conviés à une cérémonie officielle en présence du ministre de l'Ecologie d'alors, Jean-Louis Borloo, qui entendait célébrer la naissance de la "plus grande usine de panneaux solaires en France".

"La croissance verte, c'est de l'emploi effectif en France", s'était félicité M. Borloo, tandis que le patron de First Solar, qualifiait de "tout simplement excellent" le cadre réglementaire de soutien à l'énergie solaire en France.

Un an et demi plus tard, les choses ont radicalement changé. Le gouvernement a abaissé à deux reprises le tarif de rachat de l'électricité solaire. Et il entend remettre à plat l'ensemble du système d'aides publiques d'ici au mois de mars 2011.

"Cela pourrait conduire à une pause ou à une interruption de l'usine de Blanquefort", a estimé en début de semaine le PDG de First Solar, Rob Gillette.

"Nous espérons résoudre cette incertitude avec le gouvernement français aussi vite que possible", a-t-il ajouté.

Chez EDF Energies Nouvelles (EDF EN), on se veut plus optimiste. "On va tout faire pour que l'usine se fasse", a assuré à l'AFP David Corchia, directeur général de cette filiale à 50% d'EDF.

EDF EN doit avancer la moitié de l'investissement de l'usine de Blanquefort et acheter pendant 10 ans la totalité de la production du site pour développer des fermes solaires en France.

"C'est difficile de prendre l'engagement d'acheter des panneaux, si on ne sait pas où les mettre une fois qu'ils seront fabriqués", explique M. Corchia.

Rare exception au moratoire du gouvernement, les projets de panneaux solaires déjà en cours de construction pourront bénéficier du tarif d'achat subventionné, à condition d'être terminés dans 18 mois.

Au-delà de l'été 2012, les industriels n'ont donc aucune assurance de pouvoir écouler leur marchandise. Or, c'est justement à cette date que l'usine de Blanquefort devait tourner à plein régime.

L'usine doit produire 100 à 150 mégawatts de panneaux par an, ce qui représente un engagement financier d'environ 1,5 milliard d'euros pour EDF EN.

"C'est une décision inquiétante pour l'Aquitaine (...), un gâchis très important", a réagi vendredi le président (PS) de la Région Aquitaine, Alain Rousset.

"Tous les élus sont mobilisés pour que le projet reparte", a-t-il ajouté, en estimant que la France avait "besoin de rattraper son retard dans le bouquet d'énergies renouvelables".

Le développement d'une filière industrielle photovoltaïque est justement un des objectifs du gouvernement. Aujourd'hui, 8 des 12 plus gros fabricants mondiaux de cellules photovoltaïques sont chinois. Aucun n'est français.