Les magasins U vont supprimer les tickets avec bisphénol A, le RES applaudit

© 2010 AFP

— 

Le réseau Environnement santé s'est réjoui vendredi de la décision des magasins U de ne plus utiliser du papier thermique traité au bisphénol A pour ses tickets de caisse, et a souhaité que le gouvernement aille plus loin dans les interdictions.

"Compte tenu des incertitudes sanitaires autour de ce composant chimique", le groupe Système U vient d'annoncer la suppression des tickets de caisse contenant du BPA à partir du 1er février. Les tickets vont être remplacés par "un type de support dépourvu de cette substance potentiellement nocive".

Les 1.400 magasins du groupe système U (Hyper U, Super U, Marché U, U express et Utile) comptent plus de 20.000 caisses.

Le RES salue "un acte fort de responsabilité sociale envers les salariés concernés" et invite toutes les entreprises utilisatrices de papiers thermiques à base de Bisphénol A à faire de même. Le réseau suggère aussi au groupe de remplacer le revêtement intérieur des conserves de la marque comprenant du BPA.

Par ailleurs, pour Yannick Vicaire, chargé de mission au RES, les parlementaires et le gouvernement doivent "généraliser au plus vite l’interdiction du Bisphénol A dans tous les usages susceptibles de contribuer à l’exposition de la population ou d’une catégorie particulière".

Une étude récente de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) de Toulouse a montré que le BPA, fortement soupçonné d'être un perturbateur endocrinien, peut pénétrer l'organisme par la peau, et pourrait constituer un risque, notamment pour les caissiers, par le biais des tickets de caisse imprimés sur du papier thermique contenant du BPA.

Une étude américaine récente va dans le même sens. Elle a établi que tenir en main un ticket de caisse pendant 10 secondes permet à près de 2,5 microgrammes de BPA de passer du ticket vers les doigts. Cette quantité est multipliée par 15 lorsqu'une personne frotte un ticket de caisse entre ses doigts.

L'Union européenne a interdit à partir du 1er mars 2011 la production de biberons contenant du BPA. La commercialisation sera interdite à partir du 1er juin 2011.

Le BPA est fortement soupçonné d'augmenter les risques de puberté précoce chez les femmes, de cancer de la prostate ou du sein et d'anomalies de reproduction. Il est utilisé notamment pour la fabrication de biberons, le tapissage intérieur des boîtes de conserves, les amalgames dentaires, les bombonnes d'eau rechargeables.