Petits conseils pour faire plaisir aux enfants sans faire mal à la planète

© 2010 AFP

— 

Dans les rayons des hypermarchés, il est encore compliqué de dénicher le jouet qui fera plaisir aux enfants sans faire trop de mal à la planète. Bois, coton bio, emballages en carton: quelques choix peuvent néanmoins contribuer à alléger la facture écologique de nos achats de Noël.

Installer dans son séjour un sapin naturel qui sera broyé après les fêtes pour faire du compost, c'est bien. Mais faire également attention aux cadeaux qu'on met dessous, c'est mieux, souligne en substance Florence Clément, de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

En poussant son chariot dans les rayons d'une grande surface de la région parisienne à la demande de l'AFP, l'experte de l'Ademe en charge de l'information grand public porte une attention particulière à la matière et aux emballages des jouets.

Sans hésiter, elle se dirige d'emblée vers un bout de rayon où sont rassemblés quelques jouets en bois - des trains, des puzzles, des quilles - d'un fabricant allemand d'"éco-toys" arborant le précieux logo FSC.

"Ce qui est intéressant, c'est que c'est un jouet en bois, donc robuste, et en plus nous avons ce petit logo qui signifie que ce bois provient d'une forêt gérée durablement", note l'experte en glissant un jeu dans son chariot.

A l'autre bout du rayon, elle se livre au petit jeu des comparaisons entre deux camions de pompiers, l'un en bois, l'autre en plastique.

"D'un côté, on a un jouet robuste qui va durer plus longtemps, de l'autre un jouet en plastique, plus fragile, qui va en plus nécessiter des piles parce qu'il y a une alarme", constate-t-elle.

Selon l'Ademe, près d'un milliard de piles sont mises sur le marché français chaque année. L'agence préconise l'usage de chargeurs pour alléger le volume de ces déchets difficiles à traiter.

Globalement, dans son guide de Noël publié sur son site internet (http://ecocitoyens.ademe.fr/sites/default/files/miniguide_noel_2010.pdf), l'Ademe préconise des cadeaux "durables, utiles et évolutifs".

Ce qui nécessite parfois d'y consacrer un peu de temps à l'heure du choix.

Au rayon peluches, l'experte déchiffre attentivement les étiquettes. C'est un nounours qui a finalement sa préférence car, montre-t-elle, fabriqué avec du coton issu de l'agriculture biologique. "Il faut essayer de faire l'effort de chercher si le produit qu'on recherche existe en coton bio", préconise-t-elle.

L'impact écologique d'un jouet tient finalement plus à la matière utilisée qu'à son origine géographique même si la plupart ont effectué des milliers de kilomètres pour arriver en magasin. Plus que le transport, cet impact est en effet aussi lié "aux processus de fabrication, à l'extraction des minerais naturels et au traitement de fin de vie", souligne Mme Clément.

Et l'experte de terminer ses "achats" de Noël au rayon des jeux éducatifs, entassant dans son chariot un véhicule solaire et une éolienne à construire et une bulle reproduisant le fonctionnement d'un éco-système. Une façon de profiter de Noël pour sensibiliser aussi les enfants à l'environnement.