Coronavirus : Le « jour du dépassement de la Terre » recule de trois semaines

ENVIRONNEMENT Il devrait se situer autour du 22 août cette année

Clément Carpentier

— 

Début de la moisson de blé dans un champ de Saint-Quentin Fallavier, en Isère.(Photo illustration)
Début de la moisson de blé dans un champ de Saint-Quentin Fallavier, en Isère.(Photo illustration) — SIPA

C’est toujours ça de gagné ! Selon le Global Footprint Network, un institut de recherches international, le « jour du dépassement de la Terre », qui marque le jour où l’humanité a consommé toutes les ressources que les écosystèmes peuvent produire en une année, devrait tomber le 22 août 2020, soit trois semaines plus tard qu’en 2019.

Ce recul s’explique par les mesures de confinement qui ont été mises en place à travers le monde en réponse à la pandémie de Covid-19. Il s’agit d’un « renversement historique » par rapport à la tendance à long terme d’augmentation de l’empreinte écologique mondiale. En 2020, il faudra l’équivalent de 1,6 planète pour assouvir nos besoins, qu’il s’agisse de boire, de manger, de nous chauffer ou de nous déplacer.

Cette date est calculée grâce à des données des Nations Unies et d’autres indicateurs. Le Global Footprint Network envisage une baisse de 14,5 % de l’empreinte carbone cette année en raison de la baisse de la consommation d’énergie (9,5 % sur la période allant du 1er janvier au « jour du dépassement » comparé à 2019).