Strasbourg: Avec des graffs, Greenpeace veut alerter sur la pollution de l'air

ENVIRONNEMENT L’objectif est d’inciter les collectivités à agir contre la pollution atmosphérique...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg: action de Greenpeace pour dénoncer la pollution de l'air Lancer le diaporama
Strasbourg: action de Greenpeace pour dénoncer la pollution de l'air — A. Ighirri / 20 Minutes

« Strasbourg suffoque, de l’air ! », « On veut respirer » et une cigogne qui se retrouve le bec dans des fumées nocives… Des militants Greenpeace ont, mercredi en fin de journée, tagué de ces inscriptions le sol de la place Hans Jean Arp de Strasbourg (Bas-Rhin), devant le musée d’art moderne et contemporain. Cette campagne de l’ONG vise à dénoncer la pollution de l’air.

Ces graffs à la craie doivent sensibiliser la population et attirer l’attention de la ville et l’Eurométropole de Strasbourg. En parallèle, Greenpeace demande aux collectivités de fixer un cap ambitieux pour la sortie des véhicules polluants dans l’agglomération strasbourgeoise. « Une date, avant 2025, pour interdire la circulation des véhicules diesel notamment dans l’Eurométropole, précise Lucille Auger, référente Greenpeace. Et que d’autres choses soient développées, que la voiture ne soit plus un mode de pensée. Il faut développer d’autres modes de transports, comme le ferroviaire. » Ou encore multiplier, selon les souhaits de l’ONG, la création de zones à faibles émissions (ZFE). Un engagement pris en octobre par l'Eurométropole, pour la mise en place d’une ZFE d’ici à 2020.

Dans une récente étude, Greenpeace indiquait par ailleurs que Strasbourg se classait première ville française quant à l’instauration et la promotion d’alternatives à la voiture individuelle. Si elle reconnaît que des mesures sont prises dans le bon sens, Lucille Auger rappelle que l’agglomération strasbourgeoise « est très polluée et ne respecte pas les normes européennes en termes de pollution. »