Fonte des glaces en Antarctique: «Des régions entières vont être submergées dans le monde», alerte le glaciologue Jean Jouzel

INTERVIEW Une nouvelle étude alerte sur une montée du niveau des océans à cause de la fonte des glaces. A terme, ce phénomène menace l’humanité, selon le glaciologue Jean Jouzel…

Propos recueillis par Nils Wilcke

— 

Les manchots Adélie sont directement menacés par la fonte des glaces causée par le réchauffement climatique.
Les manchots Adélie sont directement menacés par la fonte des glaces causée par le réchauffement climatique. — CHINE NOUVELLE/SIPA

Nouveau coup de chaud à prévoir pour la planète. Cette fois, c’est l’Antarctique, le territoire le plus froid du monde, qui est menacé. La fonte annuelle des glaces s’accélère à une vitesse alarmante, ce qui entraîne une hausse de plus en plus importante du niveau des océans, ont alerté lundi des scientifiques.

Faut-il s’en inquiéter ? On a posé la question à Jean Jouzel, climatologue et glaciologue français reconnu mondialement pour ses analyses de la glace de l’Antarctique et du Groenland.

La fonte des glaces n’est pas vraiment une nouveauté. Qu’est ce que ce rapport nous apprend de nouveau ?

Beaucoup de données montrent en effet que la contribution de l’Antarctique dans la montée du niveau des mers est en constante augmentation. Mais cette étude montre que des régions de l’Est de l’Antarctique, que l’on croyait relativement épargnées par le réchauffement climatique en raison de leur localisation, perdent désormais beaucoup de glace. Le climat de l’Antarctique est le plus froid connu sur Terre. Or, même cette zone, autrefois épargnée, est désormais touchée.

Comment expliquer ce phénomène ?

Ce n’est pas tant parce qu’il fait plus chaud comme au pôle Nord, mais parce que le réchauffement climatique apporte des vents chauds qui font fondre des plateformes de glace qui jouent un rôle vital en protégeant les glaces continentales profondes. Globalement, l’accélération de ces glaciers vers l’océan est liée à ces arrivées d’eau chaude. C’est ce mécanisme évoqué à juste titre par les auteurs de cette nouvelle étude qui est inquiétant.

Comment enrayer ou éviter ce processus ?

La seule façon de l’éviter, c’est de limiter le réchauffement climatique. Si le niveau des mers monte de seulement un mètre comme le prévoient certaines projections, des régions entières vont être submergées dans le monde. Les villes côtières seront peut-être les premières touchées : New-York, Shangai… Mais aussi les régions en bord de mer en Thaïlande, au Vietnam, en Amérique du Sud… L’Europe ne sera pas épargnée. Les Pays-Bas seraient en première ligne à cause de leur localisation sur les eaux. Mais les régions françaises comme la Bretagne ou le façade méditerranéenne seraient également en danger. Si rien n’est fait pour limiter le réchauffement climatique, la fonte de l’Antarctique pourrait faire monter de plusieurs mètres le niveau des océans dans les prochains siècles avec des conséquences dramatiques pour des centaines de millions de personnes qui vivent sur les côtes.