Strasbourg: Nouvel avis défavorable pour le projet autoroutier du Grand contournement ouest

NATURE Après deux avis environnementaux négatifs, le projet autoroutier alsacien du GCO a reçu un nouvel avis défavorable, de l’enquête publique cette fois. Alors que l’Etat doit néanmoins donner son autorisation…

B.P. avec AFP

— 

Un historique moulin à proximité d'un lieu prévu de passage du GCO et juste à côté de la clairière où s'est installée une Zad d'opposition, désormais menacée d'expulsion. Illustration
Un historique moulin à proximité d'un lieu prévu de passage du GCO et juste à côté de la clairière où s'est installée une Zad d'opposition, désormais menacée d'expulsion. Illustration — B. Poussard / 20 Minutes.

Mardi matin, les opposants au projet autoroutier du Grand contournement ouest (GCO) de Strasbourg manifestaient en demandant, à la place, l’instauration d’une écotaxe locale. Au lendemain, la commission chargée de l’enquête publique sur le dossier a émis un nouvel avis défavorable à la construction de ce nouvel axe payant de 24 kilomètres.

Dans ce rapport publié par la préfecture du Bas-Rhin, les quatre commissaires expliquent d’abord avoir reçu plus de 2.000 contributions lors de cette consultation tenue du 4 avril au 17 mai. En précisant leur avis défavorable à « la demande d’autorisation unique », ils pointent ensuite un certain nombre de conséquences éventuelles des travaux.

Des craintes pour les espèces animales

Première d’entre elles devant le projet d’Arcos : « la crainte d’une augmentation des niveaux de pollution atmosphérique ». Avant la « prise en compte non satisfaisante des impacts hydrauliques » ou encore la « gestion non aboutie des terres en excès, susceptibles de provoquer des glissements de terrain et des coulées de boue vers les villages en aval ».

A propos des animaux et des espaces naturels, la commission d’enquête insiste aussi sur les possibles « atteintes aux espèces faunistiques et floristiques protégées et à leurs habitats, pour lesquels le fonctionnement et la pérennité des mesures compensatoires proposées ne sont pas assurés (concernant) le Grand hamster et bien d’autres ».

Après avoir affirmé que le projet de la nouvelle autoroute alsacienne se fera à condition que de nouvelles mesures environnementales compensatoires soient intégrées, les ministres de la Transition écologique, Nicolas Hulot, et des Transports, Elisabeth Borne, ont en tout cas déclaré en janvier que l’Etat donnera quoi qu’il en soit l’autorisation unique.

>> A lire aussi : Ses occupants au tribunal, bientôt l'évacuation de la Zad contre le projet autoroutier du GCO?