Saint-Nazaire: La première éolienne maritime de France a pris le large

ENVIRONNEMENT L'engin flottant, baptisé Floatgen, a rejoint son site d'expérimentation au large du Croisic...

J.U.

— 

L'éolienne Floatgen
L'éolienne Floatgen — Carene agglo de Saint-Nazaire
  • L'éolienne, qui avait été inaugurée au mois d'octobre, a quitté Saint-Nazaire.
  • Des essais vont être menés pendant deux ans, en conditions réelles, au large du Croisic.

Il ne s’agit pas d’une éolienne fixée au fond de l’océan, comme la majorité des projets connus. C’est bien une éolienne flottante, installée sur un immense flotteur en béton léger, qui a quitté Saint-Nazaire dimanche après-midi grâce à des remorqueurs, et sous les yeux de dizaines de curieux.

Elle est désormais arrivée sur son site d’expérimentation baptisé Sem-rev, à 20 km au large du Croisic, où des essais vont être menés pendant deux ans, en conditions réelles.

Engin de 60 m de haut

Grâce à ses pales culminant à 60 m de haut, l'engin Floatgen disposera d’une puissance de 2 MW, de quoi couvrir la consommation annuelle de près de 2.000 foyers. Concrètement, le flotteur a été ancré à 33 mètres de fond par des lignes en nylon. Puis branché au réseau électrique par un câble haute tension sous-marin.

Le fonctionnement ne sera pas commercial, il s’agira d’un test grandeur nature mené en vue des prochains appels d’offres que doit lancer le gouvernement français. C’est Idéol, une start-up française qui porte le projet (évalué à 25 millions d’euros) en partenariat, notamment, avec Bouygues TP et l’ école Centrale de Nantes.