Strasbourg: Pour le défi «débranche ton lycée», ils économisent l'énergie de leur établissement

ENVIRONNEMENT Depuis le 12 février et jusqu’à ce vendredi, le lycée d’enseignement adapté Henri Ebel au sud de Strasbourg tente de réduire drastiquement sa facture énergétique mais ici, l’écologie c’est toute l’année…

Bruno Poussard
— 
Le lycée Henri Ebel d'Illkirch-Graffenstaden en Alsace participe au défi d'économies d'énergies Débranche ton lycée. Lancer le diaporama
Le lycée Henri Ebel d'Illkirch-Graffenstaden en Alsace participe au défi d'économies d'énergies Débranche ton lycée. — B. Poussard / 20 Minutes.
  • Depuis le 12 février et jusqu'à ce vendredi, le lycée d'enseignement adapté Henri Ebel participe au défi d'économies d'énergie «Débranche ton lycée».
  • En dehors de ces 15 jours de réduction drastique des dépenses, ses élèves sont sensibilisés toute l'année à la préservation de l'environnement.

Les classes du lycée d’enseignement adapté Henri Ebel se relaient dans le Lac, Lieu d’art et de culture de l’établissement, ce jeudi 15 février. Autour de différentes ampoules, Nicolas informe ses camarades : « Alors, laquelle consomme le plus ? » La sentence tombe, quelques tests à l’appui plus tard, c’est la lampe à incandescence, loin derrière la led.

À côté, Bilal, bientôt 18 ans et en CAP vente, utilise un wattmètre pour mesurer la consommation d’un ordi portable, en marche, en veille et éteint - mais qui utilise toujours de l’électricité. À une autre table, Nolwenn informe, en manipulant des feuilles, qu’une une multiprise coupant l’alimentation d’une télé à l’arrêt permet d’économiser 31 euros par an.

Qu'est-ce qui consomme le plus, se demandent des élèves du lycée Henri Ebel au sud de Strasbourg ?
Qu'est-ce qui consomme le plus, se demandent des élèves du lycée Henri Ebel au sud de Strasbourg ? - B. Poussard / 20 Minutes.

Derrière ces multiples ateliers et jeux, Nicolas, Nolwenn et Bilal font partie des nouveaux éco-délégués ou des représentants des élèves de l’établissement (qui est en charge, de la sixième au CAP, de jeunes en grandes difficultés scolaires). Formés par l’association Alter Alsace Energies un peu plus tôt, ils sont désormais chargés de la transmission à leurs amis.

Quinze jours pour réduire au maximum sa consommation

Si les 180 élèves s’intéressent aux économies d’électricité et de chauffage, c’est que le lycée d’Illkirch (Bas-Rhin) figure parmi les 15 établissements engagés dans le premier défi «Débranche ton lycée» lancé par l’académie de Strasbourg. Depuis le 12 février et jusqu’à ce vendredi, ils tentent donc de réduire leur consommation d’énergie par moult petits gestes.

Des panneaux sont affichés aux murs du lycée Henri Ebel en Alsace pour sensibiliser aux économies d'énergie.
Des panneaux sont affichés aux murs du lycée Henri Ebel en Alsace pour sensibiliser aux économies d'énergie. - B. Poussard / 20 Minutes.

Pendant dix jours, le hall d’accueil est éteint. Dans le bureau de la proviseure, seule une petite lampe fonctionne. Aucun écran inutile n’est allumé. Le chauffage est au minimum. Pour motiver élèves et enseignants, un prix de 800e est à gagner. « Le but, c’est de leur apprendre des éco-gestes qu’ils pourront reproduire ici ou chez eux », insiste l’enseignante Sophie Kubler.

>> A lire aussi : Strasbourg: Cette famille se bat pour faire des économies d'énergie et elle s'amuse

« Le vivre-ensemble, c’est aussi vivre ensemble sur la même planète »

Au mois de janvier, des élèves ont aussi réalisé des mesures de température et de luminosité dans l’établissement, pour tenter d’améliorer ses performances énergétiques. « Ils ont constaté une surconsommation », rebondit Monia Brassac, proviseure. Par l’intermédiaire d’Alsace Alter Energie, la société gestionnaire Engie Cofely a été sollicitée pour tenter d’y remédier.

« Cela reste pédagogique, il faut aller du constat à la réalisation pour montrer l’intérêt d’une telle démarche aux jeunes. »

Et la réflexion ne s’arrête pas à l’issue du défi. Depuis quelques années, les questions de préservation de l’environnement sont dans la philosophie de l’établissement adapté qui a même des poules. Avec des cursus d’horticulteurs ou de paysagistes et de nombreux espaces verts, rien d’illogique. Tandis qu’une semaine du développement durable a aussi été organisée en janvier (comme chaque année), ces notions - de recyclage, tri ou récupération - sont intégrées par l’équipe pédagogique dans bon nombre de filières.

Des lampes écolos construites à base de matériaux récupérés au lycée Henri Ebel au sud de Strasbourg.
Des lampes écolos construites à base de matériaux récupérés au lycée Henri Ebel au sud de Strasbourg. - B. Poussard / 20 Minutes.

Professeure des écoles au lycée Ebel depuis cinq ans, Sophie Kubler fait partie des moteurs de ces apprentissages : « Je pense que ça fait partie de la formation citoyenne et des priorités pour les jeunes d’aujourd’hui et de demain. Le vivre-ensemble, c’est aussi vivre ensemble sur la même planète. » Motivés par ces projets, bon nombre d’élèves semblent l’avoir compris.